Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 17:00

Radial 03

TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN 

-----------------------------------------------------------------------------


Lorsque Marcel Dassault disait «un bel avion est un avion qui vole bien», il parlait de l’importance du dessin et de la finesse des lignes pour avoir les caractéristiques aérodynamiques les plus adéquates au déplacement dans ce fluide qu’est l’air.

En ingénieur génial qu’il était, il avait parfaitement compris que lorsque l’on parle d’avions performants, il est fort utile de prendre en compte l'esthétisme comme axe de création. Cet esthétisme, d’après lui, suit les mêmes règles que ceux de la physique.

 

La première question qui vient à l’esprit est très compréhensible : partant du principe que l’esthétisme est une notion subjective, comment peut-on dire qu’un avion est beau ?

 

À cela il y a deux choses à répondre. La première est qu’il est important de savoir que les goûts personnels de Monsieur Dassault - et je ne pense pas prendre beaucoup de risques en le disant - étaient plutôt très classiques et épurés. Comme preuve,  on peut prendre la maison lui ayant appartenu sur les hauteurs de Rueil Malmaison, près de Paris. C’est une architecture très contemporaine et dépouillée mais toutefois assez classique. Ses avions l’étaient aussi.

 

La seconde réponse est que oui, l’esthétique est bien subjective, mais en termes d’aviation la beauté correspond souvent à la mission. 

 

Prenons quelques exemples révélateurs.

 

En 1934, Claude Ryan produisit un avion d’entrainement jugé comme beau, et toujours de nos jours. Cet avion prendra sa forme définitive avec une grosse commande de l’armée américaine en 1941. Il s’agit du Ryan PT-22. Le rôle de cet appareil est de préparer les élèves pilotes aux appareils qu’ils allaient découvrir plus tard. Il fallait donc un avion de style très classique pour l’époque : monoplan, moteur en étoile, train classique (c’est à dire une roulette de queue et un train principal sous les ailes). Mais comme toujours, il fallait qu’il soit économique. Claude Ryan propose donc un avion très léger mais dont le dessin et la pureté aérodynamiques (pour l’époque) permettent  la formation initiale des futurs pilotes de chasseurs et de bombardiers.

 

3-View-Ryan-PT-22

 

Nous sommes là dans un esthétisme très classique et nous allons continuer un peu.

 

Abordons tout de suite le champion du monde de la beauté aéronautique. Aucun amateur d’avions n’est insensible à son charme. Les commentaires le concernant sont généralement sensuels, parfois à la limite de l’érotisme. À tel point que parfois on pourrait imaginer que c’est d’une femme dont il s’agit. Pour cet appareil, on souhaiterait pouvoir dire «une avion». D’ailleurs ses pilotes, généralement des sujets de sa gracieuse majesté le Roi d’Angleterre, abandonnaient la neutralité du «it» anglais pour le plus sensuel «she» quand il parle d’elle (voilà que cela me prend aussi !). Le Supermarine Spitfire de Sir Reginald Mitchell comporte tous les standards de la beauté aérodynamique : une ligne fluide et épurée, des ailes fines dont la forme elliptique contribue aussi à sa grâce. Tellement beau que même au sol on le voit voler, le train d’atterrissage disparaissant du regard comme par enchantement. Comme si cet avion avait bénéficié de la bienveillance de quelques fées, telle la princesse d’un conte de notre enfance. Est-ce un hasard si le Spitfire est certainement un des avions les plus représentés par les artistes aéronautiques ? Sa mission de chasseur est évidente au premier regard. On le voit aisément rapide, agile, souple. En un mot, félin. Ou plutôt, féline !

 

Divers 3134

 

À la fin des années cinquante, à une époque où la course à la vitesse était le maître mot, la célèbre société Lockheed, pour répondre à un appel d’offres de l’armée de l’air américaine (USAF), proposa un avion qui sera plus tard connu sous le nom de F-104 Starfighter - le chasseur des étoiles. Dans le cahier des charges,  il y avait une demande essentielle : la vitesse. En pleine guerre froide, il fallait être capable de porter le feu rapidement et efficacement au cœur de l’ennemi potentiel qu’était l’Union Soviétique. Cela donna cet avion à la ligne très épurée et dont la silhouette sera régulièrement comparée à celle d’une bouteille d’un cola mondialement connu. On est là dans un esthétisme d'ascète.

 

3View-Lockheed-F-104

 

Au temps de cet autre avion, ils sont encore dessinés à la main et l’instrument de calcul est la règle du même nom. Point encore d’ordinateurs. Malgré ce handicap insurmontable aux yeux de certains de nos contemporains, il est un homme qui de façon répétée allait produire des chefs d’œuvre de beauté aérienne. Mais c’est avec le Blackbird (SR-71) que Kelly Johnson signera sans aucun doute une pièce maîtresse dans le domaine. Une fois de plus, simplement en le regardant, on comprend sa mission : vitesse, vitesse, vitesse et un peu de furtivité (relative pour l’époque), et encore un peu de vitesse, surveillance, maîtrise du ciel. Mon côté romantique me fait dire que cet avion n’aurait jamais dû cesser de voler. Il est destiné à traverser le ciel, couvrant en un clin d’œil plus de distance qu’une Formule 1 en un tour de piste.

 

sr71-nasa-3

 

Mais quittons le classique. Le ciel possède aussi ses Rubens et ses Mayol. Les canons de la beauté ne sont pas que des formes diaphanes, fines à la limite de l'anorexie structurelle. Il existe des avions qui, bien que dotés de formes généreuses et voluptueuses, se meuvent dans les airs tels ces cétacés gigantesques mais tout de même capables de venir caresser d’une nageoire une frêle embarcation. L’Airbus Beluga n’a absolument rien à envier à son homonyme marin. Le Boeing 747 nous démontre depuis des décennies une grâce du vol inimaginable. Et que dire des courbes de l’aile angélique de l’Airbus A-380, elles lui donnent une légèreté en vol insoupçonnable lorsqu’il est au sol. 

 

La liste pourrait continuer quasiment indéfiniment tellement cette industrie nous a généreusement doté en beautés. Le talent du dessin n’est donc pas la prérogative des peintres et des sculpteurs. Certains ingénieurs aussi embellissent notre univers, et il suffit de lever les yeux au ciel pour le voir.

 

-----------------------------------------------------------------------------

 

When Marcel Dassault said «A nice looking airplane is also one that flies well», he was speaking of the importance of design and streamlining the shape of a plane to give it the necessary characteristics for its regular voyage across that fluid called air. As an engineering genius that he was, he had perfectly understood that when one mentions high performance airplanes it is very helpful to take esthetics into account as a creation goal. This aim at esthetics, according to him, follows the same rules as physics.

 

The first question that comes to mind is very understandable : esthetics being a subjective concept how can we say a plane is beautiful ?

 

To this there are two things to answer. The first is that it is important to understand Mr. Dassault’s personal tastes. I don’t believe I far from the target when I say that he had an inclination for classicism and pure lines. As a proof of this one just needs to look at his former house on the heights of Rueil Malmaison, near Paris. It is a very contemporary and pure architecture, but yet very classic. Nothing shocking in it. His airplanes were the same.

 

The second answer is Yes, esthetics are subjective, but when speaking of aviation beauty often corresponds to mission.

 

Let’s mention a few revealing examples.

 

In 1934, Claude Ryan produced what is still judged today to be a beautiful plane. It definitive shape what set after an order by the United States Army. It is the Ryan PT-22. This plane’s mission was to serve as a primary trainer for new cadets, to teach them a bit of what they would fly on later. So the prerequisite was for a very classic plane for the time.  A mono-plane, radial engine, traditional gear (as opposed to tricycle gear of today). But, as always, it needed to be efficient economically. Claude Ryan proposed a light plane but with great finesse and aerodynamic purity (for the time) enabling initial training of the future fighter and bomber pilots.

 

Divers 8223

 

This is a very conservative approach to esthetics in the aeronautics and we shall continue.

 

Impossible not to mention the world champion of aeronautical beauty. There is not a single airplane fan that is insensitive to its charm. Comments about it are generally very sensual, sometimes at the limit of erotic. When listening to some, you might believe they are talking about a woman. It is a «she» plane. Its pilots, most often the subjects of His Gracious Majesty the King of England would forget about the academic neutrality of «it» and use «she» when including her in their conversations. There ! I’m hit also !

Sir Reginald Mitchell’s Supermarine Spitfire has all the aspects of a neo-classic aerodynamic beauty : a fluid like and pure design, fine elliptical wings and a purring engine contribute to her grace. So beautiful that even on the ground, the onlooker forgets about the ungainly gear and sees her flying as if she were enchanted. As if this plane had profited from the good blessings of the fairies of our childhood tales. Is it just by luck that it is probably the most represented airplane in the History of aeronautical art ? First glance tells the story of its mission as a fighter. It is quite easy to see her as agile, fast, supple. In a word, feline. But not a sleeping lion, rather a hunting lioness.

 

Supermarine Spitfire 3D ExCC

 

At the end of the fifties, when the race for speed was the master word, Lockheed, the famous, to answer a request from the United States Air Force proposed a plane that would soon be known as the F-104 Starfighter. In the request there was one essential characteristic : SPEED. At the heart of the cold war, the allies wanted to have the capacity to strike at the heart of the potential enemy the Soviet Union was. That is where this plane came from with its streamlined bee waist body which would soon be compared to a world famous cola bottle.  The esthetics of an ascetic.


 Lockheed F-104A-15-LO 060928-F-1234S-008

 

In the days of this other one, planes were still drawn by hand and the major tool to calculate everything was the slid ruler. No computers yet. Some would believe it to be impossible today. But there is a man who would do it over and over again. He would be the father of several magnificent pieces of aeronautical genius. His name is Kelly Johnson. To me his masterpiece is without any doubt the SR-71 Blackbird. Just by looking at it you know its mission : speed, speed, speed maybe a little stealth for the time, and also speed, surveillance and dominance of the sky. My romantic side makes me say that this plane should never have stopped flying. It belongs to the sky, destined to cross in the blink of an eye more distance than a Formula 1 in a lap.

 

783px-Lockheed SR-71A 3view.svg

 

But let us leave the classic. The sky has its Rubens and Mayol. Beauty standards are not only for structuraly anorexic designs. Some planes were given generous and voluptuous shapes and flow with the sky as giant whales who can still come and caress a small boat delicately. The Airbus Beluga has nothing to envy of its marine namesake. The Boeing 747 has shown us for decades an unimaginable grace for flying. And what could one say of the angel wing curves of the wing of the Airbus A-380; they give it a lightness that cannot be anticipated when watched from the ground. 

 

 

The list could go on forever with the numerous beauties this industry has given us. Drawing is not only a talent reserved to painters and sculptors. Some engineers also embellish our universe, and all you need to do to see their artwork is lift your eyes to the sky.

 

A-380

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans ESSAIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : QUALIFIED QUAIL'S BLOG
  • QUALIFIED QUAIL'S BLOG
  • : Le ciel est, pour moi, une inspiration constante. La joie que je retrouve à chaque fois que je vole, que ce soit aux commandes ou non, me comble et me soulage. Dans le ciel je trouve parfois les solutions à mes problèmes, mais quasiment toujours le calme et la sérénité. Je souhaite simplement partager avec vous quelques fruits de mes réflexions.
  • Contact

La Librairie des Inconnus

http://www.lalibrairiedesinconnus.com

Recherche

Articles Récents

  • BONNE ET HEUREUSE ANNÉE / HAPPY NEW YEAR
  • QUALIFIED QUAIL Le Livre / the Book
    COUVERTURE FRANÇAISE ET ANGLAISE / ENGLISH AND FRENCH COVERS TO READ IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN _____________________________________________________ Cette année, le B-17 Qualified Quail est repartie en vol suis la forme d'un livre. Cette magnifique...
  • ELLE EST DE RETOUR !!! SHE HAS RETURNED !!!
    ENGLISH READERS PLEASE SCROLL DOWN Je suis heureux de vous annoncer la publication de : UN B-17 : QUALIFIED QUAIL Un seul devoir : Les ramener ! Le livre est maintenant disponible à la commande. Il est possible de le commander sur les grands sites de...
  • IL ARRIVE ! IT IS COMING !
    Voici les couverture ! L'ensemble arrive bientôt. A gauche la couverture de l'édition couverture rigide. A droite la couverture de l'édition couverture souple. Version française 216 pages avec de nombreuses photos et illustrations. Here are the covers...
  • PAS D'AILE SANS ELLES - 2
    Depuis ses origines, l'aviation se fait aussi au féminin. Les femmes ont jalonné son histoire avec gloire et dignité. Leurs noms sont inscrits en longue liste, et pourtant aujourd'hui elles sont loin de la parité dans le ciel. Les freins sont dans l'enfance,...
  • AMELIA - PREMIER VOL - FIRST FLIGHT
    TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN --------------------------------------------------------------------- Bonjour à tous, Mon prénom est Amelia et je souhaitais vous conter mes débuts aéronautiques. Mon père est un passionné depuis sa tendre...
  • LE SAUT - THE JUMP
    TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL TO THE BOTTOM ------------------------------------------------------------------------------------ Une expérience aéronautique de plus. Le parachutisme. De la façon dont je l’ai fait, on ne peut pas dire que...
  • UN FESTIVAL EN AVIATION / A FESTIVAL IN AVIATION
    G1 dans le ciel Vauclusien : G1 in the Vauclusien sky TO VIEW THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN ------------------------------------------------------------------------- Il y a un peu moins d’un an, dans cette tribune, je vous faisais part de...
  • SOLUTIONS EN AMONT - UPSTREAM SOLUTIONS
    TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN ----------------------------------------------------------------------------- Pas plus tard que la semaine dernière, je vous disais combien mon expérience de pilote était petite et mon envie de découvrir...
  • QU'ILS VOLENT !
    Avec plus de 310 heures d’avion et une dizaine d’heures d’ULM je suis toujours un bébé en terme d’expérience de pilotage. J’ai encore des milliers de choses à apprendre et de bonheurs à découvrir. En attendant, il y a une chose que je peux faire tout...