Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 23:00

TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

 

---------------------------------------------------------------------

Salon-du-Bourget 9222

 

 LE salon a maintenant fermé ses portes. Après un dernier vol, la foule s’est retirée en direction des parkings et transports en commun pour regagner leur quotidien. Mais ils ne sont plus les mêmes. Quelque chose a changé. Pour les plus jeunes une porte de rêves et  de vie future s’est peut-être ouverte. Pour les autres ce n’est peut-être que le rêve qui reste mais c’est tout de même essentiel. Et à minima ils ont vécu un grand spectacle.

Mais, en y réfléchissant on peut se demander ce qui a provoqué ce rêve. Quel est l’élément transcendant qui réunit l’ensemble des images et des sons qui vont créer ces rêves et ces vocations de demain ? Quelle est LA chose qui peut définir l’ensemble ?

 

Après une semaine de Salon du Bourget, je pense qu’une des réponses possible est «Excellence». Ces métiers de l’aéronautique, tout économiques qu’ils soient, ont tous un lien. D’une manière ou d’une autre, à un moment, des vies sont en jeu. Faire le travail à moitié que ce soit par cynisme financier où juste par paresse peu tuer. Ils en ont tous conscience. Alors ce sont des métiers qui poussent à l’excellence, naturellement.

  

Salon-du-Bourget 8582

 

 

Lorsque que l’Airbus A350 fait un passage unique pour son troisième vol c’est l’excellence du développement et de l’ingénierie qui le rend possible. Lorsque des projets technologiques sont présentés c’est l’excellence de l’idée et du développement initial qui rendra les financements futures possibles. Lorsqu’un pilote et toute son équipe présente un avion un vol, l’excellence de la préparation et de la réalisation aura un impact direct sur chacune de leurs vies.

 

C’est donc cette Excellence qui transparait si fortement dans un salon comme celui-ci et qui imprègne chaque spectateur, chaque visiteur. Qui va l’attirer dans une direction où une autre, attiser sa curiosité. Qui va impacter durablement sa mémoire et orienter ses décisions.

  

Salon-du-Bourget 8652

 

Tout n’était pas excellent mais c’est justement cette partie qu’on oubliera. Par contre il y a un niveau d’excellence qui a marqué chaque visiteur. Il s’agit de la présentation en vol du Sukhoï SU-35. Il y a moins de 20 ans on n’imaginait pas qu’un avion de chasse puisse faire de telles évolution. Le Sukhoï n’est pas au sommet des technologies de furtivité et du développement électronique. Il n’a pas les systèmes d’armes d’un Rafale. Mais il peut voler comme aucun autre. Sa rusticité et son impressionnante puissance de propulsion en font un avion efficace. Je ne suis pas compétent pour juger de ses capacités opérationnelles, et de l'intérêt en combat aérien de sa souplesse d’évolution, mais une chose est certaine, cet avion et son équipe, à eux seuls, sont responsables d’une grande partie des remarques et des rêves du public. Qu’ils soit profane où professionnels. Pendant les journées réservées du salon, il était surprenant de voir ces gens, qui devraient être blasés après des années de travail, sortir en masse de leurs rendez-vous pour voir cet avion faire ses évolutions improbables. Tout le monde en parlait. N’est-ce pas là un témoignage d’excellence ?

  

Salon-du-Bourget 9015

 

Voilà donc ce que je souhaite retenir de ce 50ème Salon International de l’Air et de l’Espace. La quête de l’Excellence, parfois insaisissable, toujours fugace mais mère de tous les progrès.

 

J’espère que ces chroniques du salon vous ont permis d’avoir une petite idée de ce moment incroyable qui se déroule tous les deux ans au Bourget, et qu’ils vous donneront envie d’Air et d’Espace. Bons rêves et bons vols.

 

Salon-du-Bourget 9242

 

THE Show is now over. After the last flight, the crowd withdrew in direction of the parking lots and public transportation to get back to their everyday life. But they are not the same anymore. Something changed. For the youngest a vision of dreams and future life has maybe appeared. For others it is only the dream which stays but is essential all the same. And at minima they lived a big show.

But, thinking about it, we can wonder what provoked this dream. What is the transcendent element which combines all the images and sounds, which created these dreams and these vocations of tomorrow ? What is THE thing which can define the group ?

 

After a week at the Paris Air Show, I think one of the possible answers is "Excellence". These aeronautical businesses, however economic they might be, all have a link. Somehow or other, at one point, lives are at stake. Doing a half-way job, whether by financial cynicism or just by laziness, can kill. They are conscious of this. So the aeronautical businesses naturally tend to achieve excellence. Otherwise they are quickly swamped with problems.

  

Salon-du-Bourget 8694-copie-1

 

When the Airbus A350 made its unique low pass on its third flight it is excellence of the development and of the engineering which made it possible. When technology demonstrators are presented it is the excellence of the idea and the initial development which will make the future financing possible. When a pilot and all his team present a plane in flight, the excellence of the preparation and the demonstration will have a direct impact on each of their lives.

 

It is thus this Excellence which could be felt so strongly at the Paris Air Show and touched every spectator, every visitor. Which attracted them in one direction or the other, to instigate curiosity. It is Excellence which is going to durably impact memory and decisions.

  

Salon-du-Bourget 8678

 

Everything was not excellent but this is exactly the part we shall forget.

On the other hand there is an excellence level which marked every visitor. It is the flight presentation of the Sukhoï SU-35. Less than 20 years ago one could not imagine that a fighter could move in such a way. Sukhoï is not at the top of the technologies of stealth and electronic development. Its weapon system is not at the level of the Rafale’s. But it sure can fly as no other. Its down to earth character and its impressive propulsion power make it a plane to consider. I am not competent to judge its operational capacities, or the good its flight flexibility brings to air combat, but one thing's for sure, this plane and its team, on their own, are responsible for a big part of the remarks and dreams of the public. Whether general public or professionals. During the reserved days of the show, it was surprising to see the professionals, who should be “blasé” after years in the business, come out massively of their meetings to see this plane make its improbable evolutions. Everybody spoke about it. Is this not a testimony to excellence?

  

Salon-du-Bourget 8684

 

This is what I chose to remember of the 50th International Paris Air Show. The quest for Excellence, sometimes imperceptible, always fleeting but mother of all progress.

 

I hope that these chronicles about the Paris Air Show gave you a small idea of this incredible moment which takes place every two years at Le Bourget, and that they will push you to more Air and Space.

Good dreams and good flights to all.

 

Salon-du-Bourget 3268

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans ESSAIS
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 23:00

      TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

---------------------------------------------------------------------

Salon-du-Bourget 9096

Une 5ème journée du Salon du Bourget avec toujours autant de choses à voir et où l’on commence a réaliser que le temps va manquer.

Première journée d’ouverture au public, du coup certains stands commencent à se replier su eux-mêmes car ils sont complètement orientés professionnel.

 

Pour la première fois je vais vous parler des démonstrations en vol. Où plutôt d’une démonstrations en vol. Et même là le terme n’est pas correcte. Il s’agit d’un passage en vol. Mais ce fut un véritable évènement.

Airbus nous à gratifié d’un magnifique cadeau. Leur nouveau fleuron, L’A350 XWB est passé nous saluer. Rendez-vous bien compte que ce n’est que le troisième vol de l’avion. Il y a moins de 15 jours il n’avait pas encore effectué son premier vol. Hier, les équipes d'essais en vol d’Airbus avait suffisamment exploré l’enveloppe de vol pour garantir que l’avion soit capable de faire un passage bas au-dessus d’une des zones les plus urbanisées au monde. Et quel passage ! Après avoir décollé de Toulouse, l’avion s’est présenté pour une approche ILS piste 27 du Bourget. Une fois bien aligné il ne lui restait plus qu’à maintenir l’altitude de passage et effectuer une léger virage par la gauche pour s’aligner sur l’axe de vol parallèle à la piste 03/21 et ainsi passer devant le public. Magnifique !

Je me garderai bien de juger l’avion sur un seul passage mais je peux faire deux remarques:

  • l’avion est beau, avec des ailes gracieuses lui donnant un air de grande finesse (dans le sens esthétique et non aéronautique du terme).
  • l’avion est d’un silence incroyable. Pour avoir été témoins du passage d’un avion de ligne à la Ferté Allais il y a peu de temps, je peux vous confirmer que la différence est impressionnante. Airbus confirme ainsi qu’il a bien pris en compte les impératifs de réduction des nuisances sonores demandés par l’ensemble des pays sous la pression des riverains des grands aéroports.

Salon-du-Bourget 9064 

Un autre appareil très prometteur en terme de réduction de nuisances sonores mais aussi de pollution atmosphériques est le projet E-Fan. Le projet de Didier Esteyne parrainé par EADS propose de réaliser un avion biplace 100% électrique destiné à la formation initiale de pilotes. L’avion est un bi-moteur promettant 1/2 à une heure d’autonomie, parfait pour les vols initiaux d’élèves pilotes. Le roulage se fera à l’aide d’un entrainement électrique de la roue principale, évitant ainsi d’utiliser les moteurs beaucoup plus consommateurs. A suivre absolument.

 

Air Academy

Comme on rentre dans les journées grands public du salon, c’est l’occasion de parler d’un exposant qui touche lui aussi la formation initiale et l’aviation légère. Pour cela rendez-vous sur le stand F146 du Hall 4. Atlantic Training vous présentera une suite d’outils pour la formation initiale des pilotes de l’aviation légère.

Air Academy, outil d’accompagnement à la formation théorique sous une forme ludique pour les élèves du BIA, mais déclinable facilement pour les PPL, CPL et ATPL.

Learn2Fly, outil destinés aux instructeurs comme aux élèves pilotes permettant de suivre la progression en détail.

Et Cloudy, pour que le pilote puisse avoir accès à l’ensemble de son carnet de vol en ligne.

Cette suite d’outil extrêmement simple à utiliser à aussi un autre objectif, contribuer à la qualité de la formation des pilotes et aussi à l’amélioration de la sécurité des vols. Ils sont accessibles à  n’importe quel aéroclub. Vous êtes instructeur ou élève pilote allez voir ce stand.

 

A demain ...

 

Pour plus d'information:

Atlantic Training http://www.atlantic-training.fr


---------------------------------------------------------------------------------

 

Day 5 of the Paris Air Show with always so many things to see and where we begin to realize that time is running out.

This was the first day of oppening to general public. The completely professional exhibits close up a bit to avoid being swamped by the public, making it more difficult to reach them.

 

Salon-du-Bourget 9084

For the first time I am going to mention the flight demonstrations. Allthough not realy a flight demonstrations in this case. To be correct it was a low level, single fly by. But it was a real event saluted by all present.

Airbus presented to us a magnificent present. Their new jewel, the A350 XWB, passed to greet us. Keep in mind that this was only the third flight of the prototype. Less than 15 days ago the plane had not yet made its maiden flight. Yesterday, the Airbus test teams had sufficiently explored the flight envelope to garanty a safe low pass over one of the most urbanized zones in the world. And what a pass! Having taken off from Toulouse, the plane made an ILS to runwat 27 of Paris Le Bourget. Once aligned it maintained altitude and speed, and made an easy left hand turn to be on the demonstration line parallel to runway 03/21. Thus passing in front of the eager public. Magnificent!

I will gard myself agains any technical comments based on just one low pass but I can make the following:

  • The plane is beautiful, with graceful wings giving it a smooth and delicate look.
  • The plane is incredibly silent. Having witnessed the low pass of an airliner at La Ferté Allais not long ago, I can confirm that the difference is impressive. Airbus confirms that they took into account the imperatives of noise reduction asked by all countries under the pressure residents near big airports.

Salon-du-Bourget 9056

Another very promising plane in terms of noise and polution reduction is the E-Fan project. Didier Esteyne's project, sponsored by EADS, consists in a two-seat 100% electric airplane. It is intended for initial training of beginner pilots. The plane is a twin-engine 1/2 to one hour flights, the usual flight time for initial training. Taxiing is done via an electricaly driven main gear thus avoiding using the more consuming engines. This project I’ll absolutely give you a follow up.

 

Cloudy

As we are in the general public days of the show I must mention one exhibit also directly touching initial training for pilots and pilots to be in general aviation. For this, one must go to Hall 4 exhibit F146. Atlantic Training will greet you and present to you a suite of tools for piloit initial training.

  • Air Academy, a tool enhancing the theoretical training of BIA pupils (the BIA is a Aviation Initiation Diploma proposed in french high schools), but is easily transposed PPL, CPL and ATPL training.
  • Learn2Fly, is antool intended for the instructors as for the new pilots to follow their progress and pinpoint areas of needed atention.
  • And Cloudy, so that the pilot can have on-line access totheir logbook.

This suite of tool is extremely simple to use and also has other goals: to contribute to  pilot training quality and to flight safety. They are accessible to any flight school. I you are an instructor or a pilot in training go see this exhibit.

 

See you tomorrow...

 

For more information:

Atlantic Training http://www.atlantic-training.fr

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans ESSAIS
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 23:00

Day 4 of the Paris Air Show.

I won't be giving you a long text tonight. A person on a forum asked me about biz-jets. It is'nt my field of expertise so I'll stick to giving you a few pictures. 

Jour 4 du Salon du Bourget

Je ne vous donne pas un long texte ce soir. Une personne sur un forum m'a demandé des jets d'affaires. Ce n'est pas mon domaine d'expertise et je me contenterai donc de quelques photos.

 

PIAGGIO AVANTI II

Salon-du-Bourget 0692

Salon-du-Bourget 0693

Salon-du-Bourget 8867

Salon-du-Bourget 8866

Salon-du-Bourget 8873

Salon-du-Bourget 8878

 

GULFSTREAM G280

Salon-du-Bourget 8871

 Salon-du-Bourget 8869

 

GULFSTREAM G650

Salon-du-Bourget 8872

 

DASSAULT 7X

Salon-du-Bourget 8607

Salon-du-Bourget 8694

Salon-du-Bourget 8862

Repost 0
Published by Qualified Quail's Blog - dans ESSAIS
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 23:00

TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

---------------------------------------------------------------------

Salon-du-Bourget 8497

 

Pour cette troisième journée du Salon du Bourget je me suis laissé attiré par le stand Espace Air Passion. Il y a quelques semaines, dans «Les Mains de la Mémoire», je vous disais que les équipes du Musée Régional de l’Air d’Angers travaillaient intensément sur la restauration d’un Moynet Jupiter. Jusqu’à quelques jours avant le Salon, ils ont continués pour rendre l’avion le plus présentable possible. Ils avaient pour objectif de présenter l’avion et le savoir faire du Musée au grand public dans le cadre de cette manifestation prestigieuse.

Après bien des péripéties, l’avion est arrivé à Paris et a été monté en extérieur pour le plus grand plaisir des visiteurs. Une équipe est présente sur le stand pendant toute la durée du salon pour répondre à vos questions. Allez les voir !

 

Le Jupiter est un avion rare. Tellement rare qu’il n’en reste qu’un visible, celui présenté en ce moment. Trois exemplaires ont été construit par Matra. Le premier à été détruit, le deuxième fait partie des collections du Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget mais dans un état de détérioration avancé le rendant impossible à présenter au public. Il reste donc celui d’Angers.

 

Salon-du-Bourget 8608

Notez l'autoradio d'origine à droite - note the car radio at the right.

 

Ce bimoteur atypique vaut le détour. C’est une configuration aile basse, push-pull. Un moteur propulseur à l’arrière, un moteur tracteur à l’avant. Il était conçu pour être un appareil d’affaire pouvant emporter 5 à 6 personnes. Il possède deux dérives en bouts de plans fixes à hauteur du toit de la cabine.

 

L’avion effectua son premier vol le 23 mai 1965. Propriété personnelle  de Monsieur André Moynet, il fut confié pendant longtemps à l’aéro-club de Neuilly sur l’aérodrome des Mureaux. Malheureusement, faute de place dans leur hangar, il fut stocké à l’extérieur ou son état se dégrada rapidement. Monsieur Moynet pris alors la décision de le donner au Musée d’Angers. Une première tentative de restauration fut commencée en 1994 mais ne put aboutir faute des moyens adéquats. Mais les Angevins n'abandonnèrent pas si vite et en 2008 une véritable réflexion fut menée qui aboutit au redémarrage actif de la restauration en 2009. Depuis, le travail avance dans les règles de l’art.

 

Prochain objectif, terminer la restauration de l’avion et pouvoir le présenter en vol lors du Salon du Bourget de 2015.

 

Salon-du-Bourget 8501

 

Le Musée Régional de l’Air à récemment changé de nom et se nomme maintenant Espace Air Passion - Angers Loire Aéroport. Ce nouveau nom porte toute l’ambition de l’ensemble des équipes pour le Jupiter mais aussi pour la totalité des collections présentées à Angers.

 

La volonté, la générosité et le savoir faire des bénévoles n’est pas suffisante pour mener à bien un tel travail. La restauration du Moynet Jupiter a été rendu possible par l’aide financière de partenaires attachés à préserver de tels pièces rares. 

La Fondation du Patrimoine, l’Association Aérospatiale Matra Patrimoine d’EADS et Mécènes d’Aujourd’hui font partie de ceux là.

 

Pour en savoir plus vous pouvez suivre le lien ci-dessous:

http://www.musee-aviation-angers.fr

 

A demain !

 

--------------------------------------------------

Salon-du-Bourget 8496

 

For this third day of the Paris Air Show I let myself be attracted by Espace Air Passion’s exhibit. A few weeks ago, in " The Hands of Memory ", I told you about the teams of the Musée Régional de l’Air d’Angers, and how they were intensely working on the restoration of a Moynet Jupiter. Up to a few days before the Show, they continued to make the plane as presentable as posible. The goal was to present the airplane to a large public within the environment of an event as prestigious as the Paris Air Show.

After many events, the plane arrived in Paris and has been presented on the flight line for the pleasure of all the visitors. Many people have stoped by to see it and question about it. A team is present at the exhibit during the duration of the show to answer all your questions. You mus pay them a visit !

 

The Jupiter is a rare plane. So rare that there is there only one visible, the one presented at the moment. Three were built by Matra. The first one has been sraped, the second is part of the collections of the Air and Space Museum of the Bourget but in such an advanced state of deterioration that it is impossible to present it to the public. The only one remaining is the one from Angers.

 

Salon-du-Bourget 8498

 

This atypical twin-engine plane is worth seeing. It has a low wing configuration, with push-pull engines. A propelling engine in the back, a towing engine in front. It was designed to business plane capable taking on 5 to 6 pasengers.

 

The plane made its first flight on May 23rd, 1965. Mister André Moynet's personal property, it was first entrusted for a long time to the flying club of Neuilly on the aerodrome of Les Mureaux. Unfortunately, for lack of place in their hangar, it was stored outside were its condition quickly degraded. Mister Moynet then made the decision to give it to the Museum of Angers. A first attempt of restoration was begun in 1994 but was not able to succeed for fault of inadequate means. But the Inhabitants of Anjou don’t give up so fast and in 2008 a serious reflection was led which ended with an the active restart of the restoration in 2009. Since then, the work has been moving forward according to the rule book.

 

Next objective, to end the restoration of the plane so it can be presented in flight during the 2015 Paris Air Show. We all wish them the best of success in this endeavour.

 

Salon-du-Bourget 8500

 

The Regional Museum of the Air has recently changed names and is now called Espace Air Passion - Angers Loire Aéroport. This new name carries all the ambitions of all the teams for the Jupiter but also for the rest of the collections presented in Angers.

 

The will, the generosity and know how of the volunteers is not sufficient to bring such a work to a successful conclusion. The restoration of the Moynet Jupiter was made possible by the financial support of partners attached to protect such items. 

The Fondation du Patrimoine, the Association Aérospatiale Matra Patrimoine d’EADS and Mécènes d’Aujourd’hui are a part of these benefactors.

 

To know more about the Moynet Jupiter ans Espace Air Passion you can follow the link below:

http://www.musee-aviation-angers.fr

 

See you tomorrow!

 

Salon-du-Bourget 8609

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans ESSAIS
commenter cet article
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 23:00

TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

---------------------------------------------------------------------

Salon-du-Bourget 0678


Alors que Monsieur Krine évoluait au-dessus de ma tête dans son Fouga Magister et que je profitais de la terrasse de l'Aéro Club de France, j'ai décidé de ne pas attendre la fin de la journée pour commencer à vous décrire les principales impressions de cette deuxième journée du Salon du Bourget 2013.

 

Commençons avec un développement que je trouve superbe. Safran et Honeywell ont développé l'avion de ligne qui peut enfin se déplacer seul sur les aéroports. Le projet porte le nom d'EGTS pour Electric Green Taxiing System. Plus besoin de petit tracteur / pousseur. Plus besoin non plus de démarrer les réacteurs des la porte d'embarquement. L'Airbus A320 utilisé pour le prototype est équipé de moteurs électriques sur les deux trains principaux. Ces moteurs sont alimentés par l'APU (petite turbine se situant complètement à l'arrière des avions de ligne et que certains passagers prennent pour un moteur de secoure). Les trains ainsi motorisés peuvent permettre à l'appareil de quitter facilement la porte d'embarquement. Autre avantage, en actionnant les roues dans des sens inverses, le pilote peut quasiment faire faire un demi-tour sur place à l'avion. Très pratique sur des aérodromes encombrés ou sur des pistes et taxiways étroits. Mais le plus gros avantage et d'ordre financier. En évitant de démarrer les moteurs pour seulement rouler, l'avion va économiser plusieurs tonnes de carburants par rotation. Sur la vie d'un appareil cela se chiffre en dizaines de millier de tonnes. Une fortune.

Ah ! J'oubliais un point important. Qui dit moins d'utilisation moteur dit beaucoup moins de pollution. Un énorme progrès pour les exploitants et pour la planète. Quand économie rime avec écologie.

 

Salon-du-Bourget 8505

 

" Les envahisseurs sont là ! "

On peut se le demander en voyant Project Zero d'Agusta Westland. C'est un hélicoptère ... non ! C'est un avion ... non plus ! C'est un engins très bizarre, c'est le moins que l'on puisse dire. Deux rotors pivotants alimentés par des moteurs electriques, encastrés dans une aile volante. Le tout avec un cockpit en pointe avant et des winglets en bout d'aile. Cela fait partie de ces engins que tout pilote souhaite piloter un jour, que tout passionné souhaite voir dépasser le stade de démonstrateur de technologie (c'est son statut actuel). Il a volé à deux reprises, la première arrimés et la seconde libre. Il reste encore beaucoup à faire avant de pouvoir explorer tout le domaine de vol mais cela reste un projet fantastique. A suivre ...

 

Salon-du-Bourget 0712

 

Pour finir la chronique d'aujourd'hui je voulais vous parler d'un autre engin étrange. Celui-ci est beaucoup plus avancé dans son développement que le Project Zero. Il a déjà fait une tournée Américaine et juste avant le Salon du Bourget, il a battu un record de vitesse pour hélicoptère. Il s'agit du X3 d'Eurocopter. Un autre hybride, mot à la mode en ce moment. Il se présente sous la forme d'un hélicoptère classique auquel on aurait greffé deux bouts d'ailes équipés d'un moteur chacune. D'un look inhabituel, je pense néanmoins qu'il faut s'habituer à le voir car c'est une technologie qui promet des gains de performances importants et utilisable pour le civil et le militaire. La aussi, à suivre ...

 

A demain ....

 

-------------------------------------------------------------------------------------

 

While Mister Krine was dancing in the sky over my head in his Fouga Magister and while I took advantage of the terrace of the Aéro Club ode France, I decided not to wait for the end of the day to begin to describe, for you, the main impressions of this second day of the 2013 Paris Air Show.

 

Salon-du-Bourget 0679

 

Let us begin with a development which I find magnificent. Safran and Honeywell developed the airliner which can finally move on its own at airports. The project's name is EGTS for Electric Green Taxiing System. No more need for a small tractor / pusher. No more need either to start the reactors at the boarding gate. The Airbus A320 used for the prototype is equipped with electric engines on both main gears. These engines are fed by the APU (small turbine situated at the rear of airliners and that certain passengers take for an extra engine). Landing gears thus motorized can allow the plane to leave the boarding gate easily. Other advantage, by activating the wheels in oposite directions, the pilot can almost make an on-the-spot about-turn with the plane. Very practical on congested aerodromes or on runways and narrow taxiways. But the biggest advantage is of financial order. By avoiding engine start just for rolling the plane is going to save several tons of fuel by rotation. If you consider the full life span of a plan this amounts to tens of thousands of tons saved. A fortune.

Ah! I forgot an important point. Who says less engine use also says much less pollution. An enormous progress for the operators and for the planet. When economy rhymes with ecology.

 

Salon-du-Bourget 8507

 

" The aliens are there! "

One can wonder if it is true when one sees Agusta Westland’s Project Zero. It is a helicopter ... but not! It is a plane ... neither! It is one very strange machine, that's the least you can say. Two tilt rotors fed by electric engines, embeded in a wing. The whole with a cockpit in front and winglets at the tip of the wings. It is one of those machines every pilot wishes to fly some day, which every enthusiast wishes to see going beyond technology demonstrator stage (it is its current status). It flew twice, the first time it was tethered and the second was a free flight. Much remains to be done before being able to investigate the full flight envelope but it remains a fantastic project. To follow...

 

Salon-du-Bourget 0715

 

To finish today’s column I wanted to tell you about another strange machine. This one is much further advanced than Project Zero. It has already done an American tour and just before the Show it beat a speed record for helicopters. It is Eurocopter’s X3. Another hybrid, fashionable word at the moment. It has the shape of a classic helicopter to which we would have transplanted two wing stubs equipped with an engine each. Ot has a very unusual look, but I think nevertheless that it is necessary to get used to seeing it because the technology promises great gains in performance, good for comercial use and military use. Also, to follow...

 

See you tomorrow....

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans ESSAIS
commenter cet article
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 23:00

TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

 

---------------------------------------------------------------------

Salon-du-Bourget 8628

Confortablement installé dans la magnifique salle des Huits Colonnes du Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget tout juste réouverte au public après une longue restauration, voici ce qui à retenu mon attention sur cette première journée de salon.

 

La première journée de la 50ème édition du Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace s’est déroulée sous la surveillance de Zeus. En effet, dés l’ouverture des portes, du haut de sont trône, il nous a gratifié de la foudre, du vent et d’une pluie battante pour nous accueillir. Autant de témoignages du ciel pour nous rappeler qu’il nous tolère dans son milieu mais que nous devons rester respectueux et vigilant.. Massage reçu !

 

Première journée bien chargée mais je ne vais adresser que trois sujets d’attention.

 

Le premier stand à m’avoir interpelé est celui d’Aerolia. Méconnu du grand public, cette entreprise Française n’en est pas moins essentielle au développement de l’A350 ou de l’A320 et génère des milliers d’emplois à Méaulte (proche d’Amiens). Ce qui m’a arrêté sur leur stand fut la présence d’un tronçon complet de l’A350, celui du nez où va se trouver le poste de pilotage. C’est une pièce magnifique entièrement faite d’aluminium sur laquelle il ne reste que 200 heures de travail à réaliser avant de la livrer à Airbus pour l’assemblage. Vous l’avez compris, c’est bien d’une pièce réelle qu’ill s’agit et non d’une maquette. Aussi présent un tronçon entier d’A320. Et Cocorico, Aerolia à remporter un marché très important pour le nouvel avion de Bombardier. Vous n’aurez pas forcément la chance comme moi de pouvoir vous entretenir avec un de leurs responsables mais cela vaut le détour rien que pour le coup d’oeil.


Salon-du-Bourget 8486

 

Deuxième arrêt, sur le stand du Musée Aéronautique & Spatial Safran qui nous présente entre autre un Gnome Rhône rotatif magnifique. Une seule envie en quittant ces passionnés, aller visiter au plus vite le Musée lui-même. Je serais bien resté plus longtemps avec eux pour qu’ils me racontent plus.

Musée Safran 2

 

Troisième arrêt et non des moindres, le stand de Flaris. Il s’agit d’une entreprise Polonaise  qui a lancé un projet impressionnant de jet monomoteur quadriplace de la même gamme que le Cirrus Vision ou le D-Jet de Diamond. Sur la stand figure une maquette à l’échelle 1 de l’avion. Les tests statiques ont été effectués et ils pensent pouvoir effectuer le premier vom avant la fin de l’année. Je ne sais s’ils vont y arriver mais l’avion attire l’oeil et donne une soudaine envie d’aller voler dedans. Ce ne sera que du rêve me concernant car le prix annoncé bien qu’inférieur à celui de Cirrus reste bien loin de ma modeste bourse.


Salon-du-Bourget 8489

 

Je ne vous parlerai pas encore des autres stands visités sur lesquels j’ai eu des échanges passionnants, ni des démonstrations en vol, ni de l’ambiance. Je garde ça pour plus tard. Par contre, je peux vous dire que ce 50ème salon du Bourget tient ses promesses.

 

Merci à toutes les personnes qui se sont rendues disponibles pour me présenter leurs produits et leurs entreprises et plus particulièrement les entreprises Aerolia, Flaris et le Musée Safran.

 

Pour en savoir plus voici les liens les concernants:

http://www.aerolia.com/

http://www.flaris.com/

http://www.museesafran.com/

 

A demain !

 

------------------------------------------------------------------

Salon-du-Bourget 8622

 

Comfortably settled in the magnificent room of the «Huits Colonnes» of the Air and Space Museum of Le Bourget, just opened after and extensive restoration, this is what caught my attention on this first day of the show.

 

The first day of the 50th edition of the International Paris Air Show took place under the supervision of Zeus. Indeed, just as the doors were opening, from his throne, he presented us with lightning, wind and pouring rain to welcome us. So many testimonies of the sky to remind us that he tolerates us in his environment but that we have to remain respectful and watchful. Message received !

 

This was a busy first day full of things to see but I am going to mention only three subjects of attention.

 

The first exhibit to have caught my eye was Aerolia. Not known of the general public, this French company is not less essential in the development of the A350 or A320. It created thousands of jobs at Meaulte (close to Amiens) and in other locations. What stopped me at their exhibit was the presence of a complete section of the Airbus A350, that of the nose where the cockpit will be. It is a magnificent piece of work, completely made of aluminum. There only remains 200 working hours to finish it before delivering it to Airbus for assembly. You understood well, it is the real thing and not a mock-up. Also present is a whole section of A320. And Cock-a-doodle-do (the French expression of pride), Aerolia just took away a very important market for the new Bombardier plane. As me, you will not necessarily have the opportunity to meet the managers (I was lucky because they were not in full swing) but it is nonetheless worth seeing.


Salon-du-Bourget 8481 


The second stop was with the passionate members of the exhibit of the Safran Museum presenting amongst other motors a magnificient Gnome Rhône rotary. I only had one regret, not to have enough time to spend with them so they could tell me more. But one thing is certain, now I must absolutely visit the museum.

Musée Safran

 

The final point I wished to mention tonight and not the slightest, is the Flaris exhibit. It is a Polish company which launched an impressive project of a four seat single-engined jet aircraft of the same category as the Cirrus Vision or the Diamond D-Jet. On the exhibit was presented a full scale model of the plane. The static tests were made and they think they can make the first flights before the end of the year. I do not know if they are going to make it but the plane catches the eye and gives a sudden desire to go fly with it. It will only be a dream for me since I don’t have enough pocket money for it, even if they plan to have a lower price than Cirrus.


Salon-du-Bourget 8494

 

I shall not speak about other exhibits where I stopped and at which I had fascinating exchanges, neither about the flight demonstrations, nor about the atmosphere. I’ll keep  that for a later article. On the other hand, I can say to you that this 50th Le Bourget show is keeping its promises.

 

Thanks to all the persons who made themselves available to me to present their products and their companies and more particularly Aerolia, Flaris and the Safran Museum.

 

To know more about them here are their links:

Http://www.aerolia.com/

http://www.flaris.com/

http://www.museesafran.com/

 

See you tomorrow!

 

Salon Bourget 2013

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans ESSAIS
commenter cet article
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 12:31

TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

 

---------------------------------------------------------------------

Salon Bourget 2013

 

A moins de 48 heures du rassemblement les participants fourbissent leurs armes. Les exposants peaufinent l’organisation de leurs stands. Les pilotes règlent les détails des présentations et la préparation des avions. Depuis plusieurs jours l’installation bat son plein avec une énergie redoublée et une tension palpable liée à l’impérative date et heure d’ouverture des portes lundi matin à 8h30. Tous les participants sont dans les starting-blocks.

 

Ce soir tout ou presque sera calé. La nuit viendra avec le calme avant la bataille. Les services de sécurité veilleront en silence sur le site. Rien ne doit venir nuire à ce marché géant aux airs de kermesse.

 

Dans un premier temps, le salon ne sera accessible qu’aux professionnels. Les journées se dérouleront dans une multitudes d’échanges, d’annonces d’accords et de prises de contacts.

Contrairement à un meeting, il ne s’agira pas de communion, mais plus de réunion, de croisements.

Croisements des besoins avec des propositions, croisements des demandes avec des capacités.

Et puis il y a tout de même les présentations en vols. C’est un des rares endroits où il est possible de voir autant d’avions militaires ou commerciaux en démonstrations.

 

Salon Bourget 2011-02

 

Mais le salon du Bourget et aussi un salon mythique. 

La première édition de 1909 ne s’est pas tenue au Bourget mais sous la grande verrière du Grand Palais de Paris. Il sera annuel, avec une coupure pendant la Première Guerre Mondiale. La salon de l’aviation est créé par André Granet et Robert Esnault-Pelterie.

En 1928, lors de la 11ème édition, Le Bourget est dans l’esprit de tous après l’atterrissage de Lindbergh l’année précédente.

La salon déménagera définitivement pour le terrain du Bourget à partir de 1953.

Le salon deviendra le lieu de présentation au public de tous les nouveaux nés de l’aviation. Caravelle, Concorde, Boeing 747, Airbus A300, A320, Boeing 777, Mirage, Rafale, … La liste est serait sans fin.

 

Toutes les personnalités de l’aéronautique y sont passés un jour. De Mermoz à Armstrong en passant par Kerhervé, Krine, Rutan et Gagarine. Aucun passionné d’aéronautique ne peut ignorer cet évènement. A défaut d’y être, il lira les compte-rendu. De l’envie d’y aller on passe rapidement au besoin d’y aller, et, infection suprême, on passe à l’obligation d’y aller.

 

Salon Bourget 2011-03

 

Les non professionnels profiteront des deux derniers jours où le salon change d’habits et devient un meeting de grande communion. En 2011, pour le dimanche de fermeture, les organisateurs furent dans l’obligation de fermer les portes en début d’après-midi tellement la foule fut importante à venir.

 

Cette année, à nouveau, ce sera une grande édition avec surprises et grandes annonces. La météo risque de jouer des tours mais cela ne freinera pas les ardeurs. 

A très bientôt pour des informations à chaud … car j’y serai du lundi au dimanche !!!

 

-------------------------------------------------

 

PARIS AIRSHOW 2013 Part 1

 

 

Less than 48 hours before the gathering, the participants are getting ready. The exhibitors are polishing up the organization of their booths. The pilots are adjusting the details of the presentation and the preparation of the planes. For several days the installation has been going full swing with doubled energy and a tangible tension connected to the imperative date and time of door opening monday morning at 8:30. All the participants are in their starting blocks.

 

This evening everything or almost will be settled. The night will come with the quiet before the battle. Security services will stay up silently protecting the site. Nothing must happen to damage this huge aeronautical market with state fair aspects.

 

Salon Bourget 2011-04

 

At first, the show will only be accessible to professionals. These days will be a wirlwind of a multitude of exchanges, announcements of agreements and contacts.

Contrary to a meeting, it will not be about communion, but more about meeting, exchange.

Exchanges of needs for proposals, of demands for capacities.

And then there are all the flight displays. It is one of the rare places in the world where it is possible to see so many military or commercial planes in demonstrations.

 

But the Bourget show is also a mythical show. 

The 1909 first edition was not at Le Bourget but under the big window of the Grand Palais of Paris. He was an annual event, with a breack during World War I. The event was created by André Granet and Robert Esnault-Pelterie.

In 1928, during the 11th edition, Le Bourget is in everuone’s mind after the Lindbergh landing the previous year.

The Paris Air Show definitely moved to the grounds of Le Bourget in 1953.

The show will become the place for public presentation of all aviation new borns. Caravel, Concorde, Boeing 747, Airbus A300, A320, Boeing 777, Mirage, Rafale, … The list would be endless.

 

Salon Bourget 2011-01

 

All the personalities of aeronautics were seen there one day. From Mermoz to Armstrong, Kerhervé, Krine, Rutan and Gagarine. No enthusiast of aeronautics can ignore this event. For lack of being there, he will read reports. The desire to go there we quickly pass to a need to go there, and, supreme infection, will become an obligation to go.

 

The non professionals will take advantage of the last two days when the show changes clothes and becomes a giant meeting of fanatics. In 2011, for the las day, the organizers were in the obligation to close doors early in the afternoon because of the size of the crowd.

 

This year, again, it will be a big edition with surprises and big announcements. The weather might play tricks but it will not slow down the event. 

 

See you very soon for almost live information because I shall be there from Monday to Sunday !!!

Salon Bourget 2013

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans ESSAIS
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 23:00

      TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

 

---------------------------------------------------------------------

Lafayette 8391

Les chemins de l’inspiration sont multiples et toutes plaisantes. Pour cet article elle me vient d’un ami qui, lors d’un de ses joggings, a découvert par hasard le Mémorial dédié à l’Escadrille Lafayette et se situant à Marnes la Coquette dans les Hauts de Seine. Il m’envoya une photo, certain que cela m'intéresserait et il avait raison. Je connaissais son existence mais n’avais jamais pris le temps de faire les quelques kilomètres pour m’y rendre. Il était ainsi temps que je le fasse.

 

Le site porte le nom de Mémorial mais il s’agit plus d’un Mausolée étant donné qu’il comporte une crypte où reposent les corps de 68 pilotes.

 

Pour ceux qui ne le savent pas voici une petit rappel de ce qu’était l’Escadrille Lafayette.

Lafayette 8369

Lors de la Première Guerre Mondiale, avant l’entrée des Etats Unis dans le conflit il y eu de nombreux volontaires américains qui rejoignirent l’armée française pour aider la France dans son combat. L’aviation, avec sa tradition chevaleresque, attira naturellement beaucoup d’hommes.

L’état-major français considéra qu’il était intéressant de réunir les volontaires américains aptes à l’aviation au sein d’une même unité. Cela réduisait le risque lié au problème linguistique et de plus cela permettait de faire passer un message politique en direction des Etats Unis. Leur entrée en guerre était plus que désirée.

 

En avril 1916, l’escadrille était constituée et il lui fut attribué le code N124. Son existence est aussi attribuée à l’action de Norman Prince descendant d’un riche financier américain qui contribua financièrement à sa constitution.

 

Au début, elle compte 42 aviateurs dont 4 Français. A la fin de la guerre 209 aviateurs auront servis dans ses rangs dont certains sont devenus célèbres: Raoul Lufbery as aux 17 victoires homologuées en plus d’une quinzaine probables, Eugene Bullard premier pilote de chasse noir et unique lors de la Première Guerre Mondiale.

Captain Georges Thenault, French Aviation Service 04Oct1922

Le Capitaine Georges Thenault fut le premier commandant d’unité. Il était un commandant respecté des ses hommes et considéré comme un géant par sa prestance et sa force de caractère.

 

La première victoire de l’escadrille fut apportée par Kiffin Rockwell, futur As, le 18 mai 1916. Il abattit un biplace Allemand.

Ce fut la première d’une longue série car l’unité terminera la guerre avec 199 victoires officiellement reconnues.

 

A l’entrée en guerre des Etats Unis l’escadrille disparaitra pour que les pilotes Américains expérimentés puissent accompagner la montée en compétence des jeunes pilotes Américains encore inexpérimentés. Elle disparait donc pour être intégrée dans l’armée Américaine le 18 février 1918 pour porter le numéro N.103 en devenant la première escadrille de chasse Américaine. Promu comandant, Georges Thénault, avec sept victoires, sera muté à Pau et prendra la direction de l’instruction.

 

L’escadrille Lafayette, entre avril 1916 et février 1918, aura vu servir au front sous sa bannière 180 Américains dont 68 trouveront la mort au combat. 15 seront fait prisonniers.

 

Le Mémorial de l’Escadrille Lafayette rend ainsi hommage à ces hommes tous volontaires au péril de leur vie à combattre sur une terre étrangère pour une cause juste à leur yeux. Ce dévouement sera un des moteurs de l’engagement de beaucoup de leurs congénères un peu moins de trente ans plus tard.

 Lafayette 8345

Sous la forme d’une grande arche centrale flanquée de deux bras accueillants, le tout en pierres blanches très lumineuses, le monument trône au milieu d’une belle clairière paisible du parc qui l’abrite.

Beaucoup d’inscriptions sont gravées dans la pierre pour rendre hommage aux pilotes. Avant tout les noms des 68 pilotes de l’escadrille morts au combat.

Sur la face intérieure de l’arche se trouvent deux médaillons très symboliques de la fraternité franco-américaine représentants Georges Washington et le Marquis de Lafayette face à face.

L’ensemble des inscriptions est aussi bien en anglais qu’en français. Sur la face avant se trouvent deux visages. A gauche l’indien emblématique de l’escadrille, à droite un pilote dont  l’écharpe au vent le fait curieusement ressembler à sont emblème.

Lafayette 3198

Sous le monument se trouve une crypte qui abrite les sarcophages des 68 pilotes. La lumière naturelle peut pénétrer au travers des vitraux qui rappelle les batailles auxquelles l’Escadrille participa.

 

Si vous avez l’occasion de passer à proximité de Marnes la Coquette, ne vous priver pas d’une petite visite. Cela ne prendra pas beaucoup de votre temps, par contre, comme pour moi, cela pourra être une inspiration.

 

Dédicace: merci à Fred D. d’avoir laissé ses pas le guider jusque là et d’avoir pensé à moi.

 

 

The ways of inspiration are multiple and all pleasant. For this article inspiration came to me from a friend who, during one of his frequent joggings, surprisingly discovered the Memorial dedicated to the Escadrille Lafayette, situated in Marnes la Coquette in the department of the Hauts de Seine. He sent me a photo, certain that it would interest me and he was right. I knew the Memorial’s existence but had never taken time to make the short trip to visit it. It was time I did.

Lafayette 8343

The site bears the name of Memorial but it is more of a Mausoleum considering that it contains a crypt where the bodies of 68 pilots rest.

 

For those who do not know it here is a short reminder of what was the Escadrille Lafayette.

 

During World War I, before the United States entered the conflict, numerous American volunteers joined the French army to help France in its fight. The air force, with its chivalrous tradition, naturally attracted many men.

The French general staff considered that it was interesting to combine the American volunteers within one unit. It reduced the risk connected to the linguistic problem and furthermore it allowed a political message to pass in the direction of the United States. Their participation in the war was more than desired.

Lafayette 8367

In April, 1916, the squadron was established and it was given the code N124. Its existence is also atributed to Norman Prince's action, son of a rich American who financially contributed to its beginning.

 

At the beginning, it accounted 42 airmen among whom 4 French. At the end of the war 209 airmen would have served in its ranks among which some would become famous: Raoul Lufbery the Ace with 17 confirmed victories added to fifteen probable, Eugene Bullard first black fighter pilot and the only one during World War I.

Lafayette 8356

Captain Georges Thenault was the first commander of the unit. He was respected by his men and considered a giant for his imposing presence and his strength of character.

 

The first victory of the squadron was brought by Kiffin Rockwell, a future Ace, on May 18th, 1916. He shot down a German two-seater.

It was the first of many because the unit ended the war with 199 officially confirmed victories.

Lafayette 8351

When the United States entered the war the squadron was transfered into the US Army so that the experimented American pilots could help train the young still inexperienced pilots. It thus disapeared to be integrated into the American army on February 18th, 1918 and was given the number N.103, becoming the first American fighter squadron. Promoted to Major, Georges Thénault, with seven victories, was given the command of instruction at the school of Pau.

 

The Escadrille Lafayette, between April 1916 and February 1918, saw 180 Americans in its ranks at the front. 68 would die in combat and 15 taker prisoner.

 

The Memorial to the Escadrille Lafayette pays tribute to these men. Each a volunteer at the risk of their lives to fight on a foreign soil for a just cause. This dedication would be a major motivation for the commitment of many of their brothers in arms a little less than thirty years later.

Lafayette 8387

In the shape of a big central arc flanked by two welcoming arms, the whole in very bright white stones, the monument thrones in the middle of a beautiful peaceful clearing of the park which shelters it.

Many inscriptions are engraved in the stone to pay tribute to the pilots. Foremost the names of the 68 pilots of the squadron who died in combat.

On the inside of the arc are two very symbolic medallions of the Franco-American brotherhood representing Georges Washington and the Marquis de Lafayette, face to face.

All the inscriptions are in English and in French. On the front of the monument are two faces. To the left the symbolic Indian of the squadron, to the right a pilot whose waving scarf makes him curiously look like the Indian.

Lafayette 8382

Under the monument is a crypt sheltering the sarcophaguses of 68 pilots. The natural light can penetrate through the stained-glass windows recalling the battles in which the Squadron participated.

 

If you have the opportunity to pass near Marnes la Coquette, don’t hesitate to make a short visit. It will not take much of your time, and on the other hand, as for me, it might be an inspiration.

 

Dedication: thanks to Fred D. for letting his steps guide him there and for having thought of me.

Lafayette 8338

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans HISTOIRE
commenter cet article
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 23:00

 

TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

 

---------------------------------------------------------------------

Divers 8219

Samedi je me suis rendu à un temple pour un événement qui transcende les éléments. Nous étions des milliers et nos regards étaient uniformément tournés en direction du ciel.

Nous n'attendions pas la venue d’un prophète particulier, nous n’étions pas à l’écoute de paroles envoutantes d’un quelconque gourou. Notre objectif était tout simplement de communier ensemble à une même passion nourrissante.

J’étais sur la commune de Cerny, sur le terrain de l’aérodrome de la Ferté Allais. L’AJBS* avait organisé son traditionnel meeting de Pentecôte. Pendant 2 jours, la quintessence de l’aviation est réunie en un même endroit. Passé, présent et futur se rejoignent. Les hommes sont là aussi, réunis. Bien évidemment, les pilotes sont présents, nombreux. Leur soutien indéfectible est là aussi. Ce sont les mécanos et toutes les personnes qui garantissent que les avions voleront en toute sécurité. Il y a les très nombreux bénévoles de l’Amicale qui donnent leur temps et leur énergie pour garantir une cérémonie sans faille. Il y a des exposants nombreux, associations, commerces, artistes, écrivains. Il y a l’animation et les commentaires. Il y a les représentants des forces de l’ordre et de la sécurité aérienne. Et puis il y a le public, adultes et enfants par centaines, peut-être même par milliers.

Divers 8260

Tous n’ont qu’un seul objectif: passer deux jours dans le partage d’une passion commune. Et c’est là que j’ai commencé à regarder autour de moi. j’ai eu la chance de voir de la joie, de l'ébahissement, des jeux d’enfants avions en main. J’ai croisé des artistes capables de transformer des pigments en rêves. J’ai vu des pilotes dessiner dans le ciel des œuvres aussi grandioses qu'éphémères. J’ai entendu des passionnés en discussions enflammées sur l’avantage de tel avion sur tel autre mais toujours d’accord sur le fond. J’ai constaté la promiscuité temporairement acceptée par des gens qui en temps normal ne supporteraient pas une telle foule.

Pour quelques heures, des milliers de gens ont dépassé leurs différences pour entrer en partage. Pour créer une communion. Leurs différentes expériences deviennent ainsi des richesses partagées. Tout au long de la ligne de vol on pouvait entendre des histoires partagées, des moments de vies offerts à ses voisins de spectacle, des rêves avoués.

Pour ma part, j’ai eu la chance de rencontrer et de discuter avec des personnes riches en expériences et en sensibilités. Des individus que seule une passion commune pouvait réunir. Bernard m’a parlé de son art. Gérard m’a ouvert une fenêtre sur sa vie dans le ciel. C’est là la force du meeting !

Divers 8165

Bernard Lengert - Envolées majestueuses

Combien de fois avons-nous la chance d’oublier notre quotidien pour atteindre un tel niveau d’échange ? Est-il possible de renouveler cette expérience plus souvent sans pour autant courir le monde et les grands meetings ?

La réponse est souvent et oui. Si on le souhaite !

Pour les passionnés d’aviation c’est d’une facilité déconcertante. Le monde de l’internet nous donne une multitude de possibilités au niveau mondial. Sous réserve de respecter ses pairs on peut avoir des échanges d’une grande richesse. Il suffit aussi de pousser la porte d’un aéroclub. On y sera toujours bien accueilli et même si l’on ne finit pas par devenir pilote on y rencontrera invariablement des individus qui nous élèverons.

Je ne vous parle pas d’un grand paradis sur terre ou tout est parfait. Nos travers et nos défauts restent entiers. Mais pour quelques instants nous pouvons les laisser de côté pour le bien de l’échange et de l’enrichissement partagé. La facilité de l’action est déconcertante. Alors pourquoi ne pas franchir le pas ? Il y a des dizaines de meeting en France et en Europe chaque année, il y a des centaines d’aéro-club, des dizaines de forums aéro-sensibles. Alors prenez vos claviers, votre voiture et votre bonne humeur et venez nous rejoindre. La communion n’a pas de sens seul !

Et pour terminer, je ne peux vous dire combien il est agréable de vivre cette naïveté de la communion simple d’une passion avec son prochain. Elle gomme les différences sociales, les inégalités de la vie, les courants politique et les aspirations religieuses. La passion de l’aérien. Pendant quelques heures on range dans un tiroir un grand nombre des éléments de nos vies et seule subsiste la passion et la volonté de la partager. C’est simple et c’est justement ce qui en fait la richesse. C’est enfantin. C’est ... bien.

Au fait ! J'ai presque oublié ! Il pleuvait pendant le spectacle. On a réalisé qu'après !

 

*AJBS: Amicale Jean-Baptiste Salis - http://www.ajbs.fr/

 

---------------------------

Divers 8269 

On Saturday I went to a temple for an event that transcends the elements. We were thousands and our eyes were uniformly looking to the sky.

We were not waiting for a particular prophet; we were not tuned in to mesmerizing words of some guru. Our objective was simply to share together in the same nourishing passion. 

I was within the town limits of Cerny, on the grounds of the airfield of La Ferté Allais. The AJBS* had organized its traditional Pentecost weekend meeting. During 2 days, the quintessence of aviation is gathered in one place. Past, present and future joined. The men are there also, gathered. Of course, the pilots are present, numerous. Their indispensable support is there also. Meaning the mechanics and all the persons who guarantee that the planes will fly in complete safety. There are numerous volunteers of the “Amicale” who give their time and their energy to guarantee a perfect ceremony. There are numerous exhibitors, associations, businesses, artists, and writers. There are animations and comments. There are law enforcement officers and the flight safety personnel. And then there is the public, adults and children by hundreds, maybe even by thousands.

Divers 8214

All have the same objective: two days of sharing a common passion. And this is when I start looking around me. I was lucky enough to see pleasure, surprise, and the children's games planes in hand. I shared words with artists capable of changing pigments into dreams. I saw pilots drawing artwork in the sky as beautiful as it was short-lived. I heard enthusiasts in fired discussions about the advantage of such plane over such other one, but always with respect. I noticed the physical proximity temporarily accepted by people who under normal circumstances would not bear such a crowd.

For a few hours, thousands of people overlook their differences to share. To create a communion. Their various experiences become a shared wealth. Throughout the flight line we could hear shared stories, pieces of lives offered to neighbors, admitted dreams.

Divers 8118

David Voileaux alias Spit - Bishot

For my part, I was lucky enough to meet and discuss with persons rich in experiences and in sensitivities. Individuals whom only a common passion could gather together. Bernard spoke to me about his art. Gérard opened a window on his life in the sky. This is where the strength of the meeting is !

How many times are we lucky enough to forget our everyday life and reach such a level of exchange ? Is it possible to renew this experience more often without running around the world and the major air shows ?

The answers are often and yes. If we really care for it !

For the aviation enthusiasts it is of a disconcerting ease. The Web gives us a multitude of possibilities at a global level. Subject to respecting his peers one can have exchanges of a tremendous wealth. It is also easy to push the door of a flying club. One will always be welcomed and even if you don’t eventually become a pilot you will invariably meet individuals whom will make you grow.

Divers 8147

I am not speaking about a wonderful heaven on Earth where everything is perfect. Our faults and our defects remain unresolved. But for a few moments we can leave them aside for the good of the exchange and the shared wealth. The ease of the action is disconcerting. Then why do you not take the plunge ? There are tens of meetings in France and in Europe every year, there are hundreds of flying clubs, and dozens of aero-sensitive forums. Then take your keyboards, your car and your good mood and come to join us. Communion has no sense alone !

And to finish, I cannot tell you how pleasant it is to experience this naivety of a simple communion in a passion with one’s fellow human. It erases social differences, disparities in political opinions, religious beliefs. The passion of the air remains. For a few hours we put in a drawer a large number of the elements of our lives and only remains the passion and the will to share. It is simple and it is exactly what creates wealth. It is childishly easy. It is good.

 

By the way ! I almost forgot ! It rained during the show. We only realised after !


*AJBS: Amicale Jean-Baptiste Salis - http://www.ajbs.fr/

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans ESSAIS
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 23:00

TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

 

---------------------------------------------------------------------

JOURNEE-A-ORLY 7013

 

Ce n'est une surprise pour personne, l'aérien sous toutes ses formes exerce sur moi une attirance à laquelle je ne sais résister.

Une forme particulière d'attirance réside dans le fonctionnement des grands aéroports. Lors de mes déplacements professionnels j'ai l'occasion de traverser ces organismes complexes. A chaque occurrence, j'observe tout ce qui tombe sous mon regard pour mieux appréhender, comprendre et participer à ce système. Mais ce n'est jamais suffisant. Obligé par les impératifs du voyage, je n'effectue qu'un passage fugace. Impossible d'entrer plus profondément, impossible de juste prendre le temps nécessaire à l'observation de base.

 

Mais voilà ! Il y a peu de temps j'ai bénéficié d'une opportunité en or. Aéroport de Paris m'a accordé l'autorisation de passer une journée à Orly Ouest pour prendre les photos que je souhaitais et surtout interroger toutes les personnes disponibles qui acceptaient de répondre à mes questions. Quelle belle journée j'ai passé là !

 

La danse harmonieuse des avions qui vont et viennent sur la piste est réalisable avec la contribution des équipages et du personnel de piste, on en a déjà parlé ici. Mais les personnes d'influence indispensables a cette mécanique sont bien plus nombreuses que cela. Ceux auxquels je pense maintenant sont ces anonymes, parfois même invisibles sans lesquels vos voyages ne seraient pas aussi agréables.

 

JOURNEE-A-ORLY 7113

 

Imaginons une arrivée en voiture pour un petit voyage. En quittant la nationale vous pénétrez dans la zone aéroportuaire pour vous diriger immédiatement en direction des parcs de stationnement. Là, un ange gardien circule incessamment dans les allées pour vous protéger ainsi que votre véhicule.  Puis vous prendrez la piste en bleue qui guidera vos pas jusqu'à l'escalier mécanique menant à la zone Départ. 

 

JOURNEE-A-ORLY 7135

 

Votre carte d'embarquement en main vous consulterez les écrans vous renseignant sur la porte adéquate. Un peu de mal à trouver votre vol, où à finaliser votre enregistrement sur les bornes automatiques ? Pas de problème une personne aimable est là pour vous aider. Elle peut se prénommer Isabelle ou Pierre, mais vous l'aurez vite oubliée tout attentif que vous êtes à votre départ. Ils ne vous en voudront pas, car ils savent que le temps presse et être discret est leur nature.

 

JOURNEE-A-ORLY 6994 copie

 

Vous regardez votre montre et avec bonheur remarquez que vous avez un peu de temps avant de passer la sécurité et l'embarquement. Une habitude classique est d'acheter un magazine au point presse et même de prendre un café. Pauline vous rendra la monnaie pour votre lecture préférée et Ted sera là pour vous servir le petit noir qui réveille. Vous n'avez pas le temps et vous ne penserez donc pas à échanger quelques mots avec Ted. Quel dommage pour vous, car il est un des piliers d'Orly et pourrait vous raconter des centaines d'histoires sur des passagers célèbres et des événements importants. Il pourra vous dire combien les émotions qu'il voit vont bien plus loin que la chanson de Jacques Brel. Mais passons, il est temps d'y aller.

 

JOURNEE-A-ORLY 6991

 

Il est lourd ce sac, mais heureusement il y a ce monsieur et sa drôle de machine qui vient de ramener des chariots à bagage. Jacques pilote ça avec maestria à tel point qu'il passe derrière ce groupe entier de touriste sans même qu'ils s'en aperçoivent. 

Tient ! André et Jean sont juste là, dehors, pour quelques minutes de pause avant de retourner au traitement des bagages des voyageurs. Difficile de les rater avec leurs tenues fluo, et pourtant, ils font tellement partie du paysage que vous ne les remarquerez pas.

Mais continuons, il est temps. Michelle enregistre votre bagage avec le sourire et vous souhaite un bon voyage auquel vous répondez de façon convenue. Et vous voilà dans la file d'attente pour passer la zone de filtrage sécurité. Et c'est terminé.

 

JOURNEE-A-ORLY 7138

 

En moins de trente minutes, une dizaine d'individus ont visiblement contribué à votre voyage et au moins une centaine d'autres ont œuvré pour vous créer l'environnement propice à un voyage dans de bonnes conditions. On n'y pense pas et c'est bien comme cela. On ne pense pas à ses poumons pour respirer, on respire c'est tout ! On ne pense pas à son cœur pour que le sang circule, fluide. Il fait son travail, un point c'est tout. Mais par contre vous saviez que ces organes essentiels étaient là. Maintenant, vous saurez que ces centaines d'énergies vous accompagnent à chacun de vos pas jusqu'à l'avion. Et quelques heures plus tard, vous serez à votre rendez-vous grâce à eux et à votre cœur qui bat.

 

Au fait ! J'ai presque oublié, Maria, qui vient de ramasser le vieux papier tombé d'une poche, vous embrasse et vous accompagne de ses rêves dans votre vol.

 

Remerciement

Cet article a été possible grâce aux équipes d'Aéroport de Paris, et plus particulièrement le service Communication d'Orly Ouest. Je tiens donc à les remercier chaleureusement pour leur aide et leur accueil.   

 

JOURNEE-A-ORLY 7084

 

-------------------------------------------------------

 

A DAY AT THE AIRPORT

 

To nobody’s surprise, all things aeronautical have a strong attraction for me, one I don’t try to resist..

A shape this attraction takes is the life and operation of the big airports. During my business travels I regularly have the opportunity to cross these complex bodies. In every case, I observe all details that meet the eye and help me better understand and participate in this system. But it is never enough. Under the constraints of the journey, I only get a fleeting view. Impossible to enter more profoundly, impossible to even take the time necessary for basic observations.

 

But there is news! Not long ago I benefited from a golden opportunity. Aéroport de Paris granted me the authorization to spend a day in Orly Ouest to take the photos that I wished and especially to question all the available personnel who agreed to answer my questions. What a beautiful day I spent there!

 

The harmonious dance of the planes which come and go on the runway is naturally associated with the work of their crews and support teams, we have already spoken about them here. But the essential persons of influence for the mechanical operations of the system are more numerous. Those I am speaking of now are all the unknown, sometimes even invisible without whom your journeys would not be so pleasant.

 

Let us imagine an arrival by car for a small trip. On leaving the main access road you penetrate into the airport zone and immediately take the direction of the parking lots. There, a guardian angel in a small car can be seen circulating in the alleys to protect you and your vehicle. Then you will take the blue pedestrian runway leading to the mechanical stairs up to Departures.

 

JOURNEE-A-ORLY 7114

 

Your boarding pass in hand you will consult screens informing you of the appropriate gate. Are you having a little difficulty finding your flight, are you having trouble finalizing your check-in on the automatic tellers ? No problem a pleasant person is there to help you. Her name can be Isabelle or his name is maybe Pierre, but you will have fast forgotten them quite attentive that you are to your departure. They will not hold it against you, because they know that time is short and being discreet is their nature.

 

JOURNEE-A-ORLY 7079

 

You look at your watch and with happiness notice that you have some time before crossing the security screening and boarding. A classic habit is to buy a magazine from the press shop and even have a coffee. Pauline will give you your change after purchasing your favorite reading and Ted will be there to serve you the traditional small Parisian coffee. You do not have much time and you will not think of exchanging some words with Ted. What a pity, because he is one of the pillars of Orly and could tell you hundreds of stories about famous passengers and important events. He could tell you how the emotions he witnesses are much stronger than those in Jacques Brel's song. But let us leave this behind us, it's time to go.

 

JOURNEE-A-ORLY 7101

 

Gosh this bag is heavy ! Fortunately there is this gentleman and his funny machine which has just returned luggage carts. Jacques pilots it with great panache and with so much care that he just passed behind a group of tourists without any of them noticing him. 

Hold it for a second! André and Jean are just there, outside, for a short break before returning to the processing of travelers luggage. Difficult to miss them with their fluorescent outfits, and nevertheless, they are such a part of the landscape that you will not notice them.

But let us continue, it is time. Michelle registers your luggage with a smile and wishes you a safe journey which you answer in an agreed way. And here you are in the line to cross the security zone. And it’s over.

 

JOURNEE-A-ORLY 7097

 

In less than thirty minutes, about ten individuals have noticeably contributed to your journey and at least one hundred more worked at creating the environment convenient to a journey in good conditions. We do not think of it and it is fine this way. We do not think of our lungs when we breathe, we inhale and that's it! We do not think of our heart circulating our blood. It does its job and that’s it. But on the other hand you know that these essential organs are there.

Now, you will know that these hundreds of energies accompany you on each of your steps up to the plane. And a few hours later, you will be at your appointment thanks to them and to your beating heart.

 

By the way! I almost forgot, Maria, who has just collected a paper that fell from someones pocket, sends you her love and her dreams of traveling with you on your flight.

 

Acknowledgement

This article was possible thanks to the teams of Aéroport de Paris, and more particularly the Communications office of Orly Ouest. I thus wish to thank them very much for their warm assistance et the quality of their help.

 

JOURNEE-A-ORLY 7058

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans ESSAIS
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 23:00

TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

 

images-1

 

Depuis les trente dernières années, la totalité des gouvernements français ont promis un allégement des formalités et règlements improductifs. Aucun n'a même commencé à le faire. Au contraire, ils ont tous contribué à alourdir le système. Le gouvernement actuellement en poste a, à nouveau, émis la même promesse. On en rêve tous mais on n'y croit pas une seconde. Pas de querelle partisane de ce côté.

Pour le domaine de l'aviation légère nous avons constaté des règles, règlements, obligations se complexifiant de plus en plus et générant de la perte d'emplois, des réductions d'heures de vol et de la perte de chiffre d'affaire et donc de taxes et d'impôts profitables à l'Etat.
 

 

help-cut-red-tape


Les aéroclubs ne rechignent pas à payer ce qu'il faut pour garantir plus de sécurité et de fiabilité. Mais lorsque les sommes versées ne font que réduire leurs moyens sans amélioration dans ces deux domaines cela force à l'augmentation du prix de l'heure de vol. Une heure de vol dont le prix augmente entraine invariablement deux choses:
- arrêt total des vols pour les pilotes aux revenus les plus faibles.
- réduction du nombre d'heures de vol pour la majorité des autres.

La première conséquence est un vrai gain de sécurité. Plus de vol est égale à plus d'accident possible pour ceux-là. Risque 0 et sécurité 100% !
Pour les autres, les risques augmentent, car l'aviation est une activité dont la sécurité est DIRECTEMENT liée à la pratique. Les études le prouvant sont nombreuses et internationales.

 

Challenge-sticker

Un pays en Europe semble vouloir faire quelques choses sur ce point. Le gouvernement de sa Gracieuse Majesté la Reine d'Angleterre a développé depuis quelques temps le "Red Tape Challenge"*. L'objectif est très clair: tout ce qui freine le développement est aussi un frein à l’emploi. A terme, toutes les activités sont concernées. Ce qui est surprenant, c'est que le gouvernement britannique a choisi de commencer par les activités aéronautiques.
Les activités aériennes commerciales ont été abordées l'année dernière. En ce moment c'est l'aviation générale qui est concernée et l'ensemble des acteurs peuvent donner leur avis: pilotes, instructeurs, mécaniciens, associations, etc.

Pour cette passe, l'objectif et de modifier ou supprimer à minima 58% des règlements. Une seule consigne: les changements ne doivent pas dégrader la sécurité. Au contraire une modification améliorant la sécurité aura plus de chance de passer.

 
Les thèmes abordés concernent:
- les pilotes.
- les terrains.
- la maintenance.
- la CAA (DGAC anglaise).
- l'entrainement et l'instruction.
- l'aviation historique.
- l'innovation et sujets divers.

Pas de sujet inabordable où interdit. Chaque intervenant pourra donner son avis et communiquer ses idées de progrès sur les thèmes proposés. Un véritable livre ouvert.

Cette démarche permet d'aller chercher les idées directement à la source et de faire ressortir les contradictions de process. Le gouvernement pourra ainsi donner une feuille de route à ses administrations responsables et avoir une approche pragmatique à porter au niveau des instances Européennes.

Enorme bonus de l'opération, les modifications validées au final ne pourront pas être refusées par les usagers puisqu’ils en sont les auteurs.

De ce côté de la Manche, on ne peut être que jaloux d'une telle démarche. On rêverait de juste 10%, alors 58% ! Une partie de la frustration des pilotes et des clubs français provient d'un sentiment, justifié ou non, de ne pas avoir une voix au chapitre Européen à hauteur des nombres de pratiquants. Cette très belle règle démocratique qui donne une voix à chaque pays trouve ici sa limite. Par ailleurs, la patience atteint aussi ses limites puisque le système est très long à produire des résultats de qualité. Pendant ce temps, et depuis des années, les pilotes se voient réduire leurs libertés et fermer leurs terrains.

 

labyrinthe



Alors je me prends à rêver, d'une démarche identique en France, d'une approche pragmatique et réaliste des règles mais surtout d'une prise de conscience de nos dirigeants. Qu'ils réalisent que ce marché multi millionnaire et générateur d'emplois est en danger en grande partie par leurs fautes. Moins de pressions administratives, plus de confiance, plus de règles adaptées à des petites structures, plus de responsabilisation.

Cher dirigeants, persuadés que vous êtes que nous sommes des fous suicidaires, vous ne vous rendez pas compte d'une chose essentielle: chaque décollage est un rêve que chaque pilote souhaite répéter aussi souvent que possible. Aucun pilote ne sera contre une amélioration de la sécurité si la pratique demandée cadre avec un risque réel et une demande légitime. Mais plus un mécanicien passe de temps à remplir des formulaires, moins il en passe sur l'avion et plus il coute cher.

Laissez-nous voler !  

 

*Red Tape : terme consacré pour désigner les formalités administratives nécessaire à une procédure.

 

Pour en savoir plus sur le Red Tape Challenge vous pouvez suivre le lien ci-dessous :

http://www.redtapechallenge.cabinetoffice.gov.uk/themehome/general-aviation-theme/

 

 

 

cut red tape

 

For the last thirty years, all French governments promised a reduction of  formalities and unproductive regulations. None even began to stick to their promise. On the contrary, they all contributed to weigh down the system. The actual government in office uttered, again, the same promise. We all dream about it but we do not believe in it one second. No partisan quarrel on this here.

 

As far as general aviation is concerned we have been witnesses of more and more rules, regulations, obligations complicating more and more and generating unemployment, reductions of flying hours and the loss of tax generating income for the state.

 

Flying clubs do not jib paying what is needed to guarantee more safety and reliability. But when the paid sums are only reducing their means without improvement in these two domains it forces an increase in the price per hour of flight. Such a rise invariably induces two things:

- the end of flying for the less wealthy pilots.

- the reduction of the number of flying hours for the majority of the others.

 

The first consequence is a real gain for safety. No more flying is equal to no more possible accidents for them. Risk 0 and safety 100 % ! For the others, the risks increase, because aviation is an activity where safety is DIRECTLY linked to practice. There are numerous studies proving this internationally.

 

red-tape

 

A country in Europe seems to want to change things on this point. The Government of her Gracious Majesty the Queen of England has developed for some time the "Red Tape Challenge" *. The objective is very clear: all which slows down development also causes unemployment. Reducing red tape is thus a virtuous contributor to employment. Eventually, all activities are concerned. What is surprising, it is that the British Government chose to begin with aeronautical activities.

The commercial activities were addressed last year. At the moment it is general aviation which is concerned and all actors can express their opinion: pilots, instructors, mechanics, air-clubs, etc.

 

For this pass, the goal is to modify or eliminate at least 58 % of regulations. With only one guideline: the changes must not hinder or reduce safety. On the contrary a modification improving safety will have a better chance to pass.

 

The topics concerned are the following :

-      General aviation pilots.

-      General aviation airfields.

-      Maintenance.

-      Airspace Management.

-      Training and instruction.

-      Historic aircraft.

-      Innovation and other topics.

 

No sensitive matters are forbidden. Every participant can express his opinion and communicate his ideas for progress on the proposed themes. A real open book.

 

This approach allows the collection of ideas directly at their source and highlights the contradictions in different processes. This way, the government can give a road map to its various administrations and have a pragmatic approach to be carried at the European level.

 

Enormous bonus of the operation: the approved modifications cannot be refused by the users since they generated them.

 

 

 

 

On this side of the Channel, we can only be jealous of such an initiative. We would dream of just 10 %, so 58 % ! A part of the pilot’s and club’s frustrations result from a feeling, justified or not, that they don’t have a  voice in the European chapter that is proportional to the number of licensed pilots. This very beautiful democratic rule which gives a vote to every country reaches its limit here. Besides, patience also reaches its limits since the system is so very slow in producing any quality results. Meanwhile, and since many years, pilots are witness to a reduction of their liberties, and airfield closings.

 

So I begin to dream of an identical initiative in France, a pragmatic and realistic approach of rules but especially an awareness of our leaders. That they realize this multi-million market, generating many jobs, is in danger largely by their faults. Fewer administrative pressures, trust, rules adapted to small structures, more empowerment.

 

Dear leaders, certain that you are that we are crazy persons with suicidal tendencies, you do not realize an essential thing: every take-off is a dream which every pilot wishes to repeat as often as possible. No pilot will be against a safety improvement if it addresses a real risk and a justified request. But the more time a mechanic spends filling papers, the less he spends on the plane and the more expensive he becomes to accomplish the same task.

 

Let us fly !

 

*Red Tape: a term dedicated to indicate the administrative formalities necessary for a procedure.

 

To know more about Red Tape Challenge you can follow the link below:

http://www.redtapechallenge.cabinetoffice.gov.uk/themehome/general-aviation-theme/

 

RedTape 1796038c 

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans ESSAIS
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 23:00

For an English version please see below

 

Wing with one spar

 

L’âme, cette chose indéfinissable, impalpable et pourtant si essentielle. Elle nous porte et nous guide au quotidien.

 

Rassurez-vous, je ne verse pas dans le prosélytisme religieux. Les avions aussi ont une âme essentielle à leur fonctionnement. Sans elle, ils seraient tellement fragiles que la moindre turbulence les détruiraient. Mais de quoi s’agit-il ?

 

Les connaisseurs et passionnés l’auront certainement déjà compris, je souhaite vous parler du longeron.

 

Définition aéronautique:

Le longeron d'un avion est une poutre qui part de l'emplanture de l'aile et qui va jusqu'à son extrémité. C'est cette pièce qui supporte les charges aérodynamiques qui s'appliquent sur la voilure.

Le longeron peut être fabriqué en une seule pièce, de métal, de carbone, ou composé de deux « joues » de contreplaqué fin qui enserrent deux « semelles » horizontales. Ce sont ces « semelles » qui vont supporter 99 % des forces dynamiques qui vont affecter l'aile.

Une aile peut comporter deux longerons, un principal, vers le centre de gravité de l'aile, un secondaire, plus en arrière. Le longeron principal peut même être situé dans le bord d'attaque, « formant » ce bord d'attaque. Le longeron principal peut être aussi construit afin de constituer le réservoir de carburant.

 

On pourrait se contenter de cette simple définition technique et se dire qu’on a tout compris. Mais cela ne suffit pas.

 

Le longeron est essentiel pour la solidité et la sécurité du vol on l’a compris. Mais il va apporter une chose recherchée par tout pilote, et passager, le caractère. Les matériaux employés, la technique de construction, sa forme, son degré de rigidité feront que l’avion aura une plus ou moins grande souplesse. Cette souplesse est d’abord fonction du rôle recherché pour l’avion. Du planeur à l’avion de ligne en passant par l’avion de tourisme et celui de chasse, la multiplicité des rôles impose une approche différente dans la définition de l’aile et la construction de son longeron.

 

aile

 

Les constructeurs d’avions n’ont absolument aucun humour lorsqu’ils abordent la construction de cette pièce maitresse. La sécurité des équipages et des passagers y est tellement lié que la plupart des constructeurs d’avions de lignes testent leurs avions jusqu’à la rupture de l’aile pour s’assurer que les contraintes calculées se vérifient bien dans la réalité. En recherchant les sites de vidéos populaires vous trouverez assez facilement les film de tests de ruptures d’ailes chez Airbus où Boeing. C’est très impressionnant.

 

Certains avions Robin ont été concernés par une consigne de navigabilité il y a quelques années car un défaut de collage du longeron en bois avait été identifié comme une cause d’un accident. L’ensemble des avions ayant le même longeron ont été soumis à une obligation d’inspection et de renforts. Travail lourd, cher et impactant pour l’ensemble des utilisateurs mais sans équivoque en terme de sécurité. On ne rigole pas avec ça je vous dis !

 

Toutes les ailes d’avion sont conçues dès l’origine pour avoir une certaine souplesse, plus ou moins grande selon leur mission. La conception du longeron sera primordiale pour atteindre cet objectif. L’inconscient collectif imagine l’aile comme un objet d’une rigidité absolue, preuve de sa force. Au contraire. Si l’aile était parfaitement rigide elle ne résisterait pas longtemps aux conditions d’utilisations les plus extrêmes. C’est la souplesse qui donnera sa force à l’aile et non l’inverse. Pour illustration, je vous conseille, si vous en avez l’occasion un jour, de visiter le dernier étage de la Hancock Tower de Chicago. Vous y verrez un énorme bloc de béton qui a pour fonction de bouger à l’inverse des oscillations de la tour elle-même, pour équilibrer les efforts structurels. Ce qu’il faut en retenir c’est que la tour bouge, et les jours de grands vents elle bouge beaucoup. C’est cette capacité de mouvements qui fait sa force. Faute de quoi elle se romprait. L’aile de l’avion va fonctionner de la même manière. Un des exemples le plus frappant est l’aile de l’avion expérimental Solar Impulse.

 

Au sol, l’aile a un fléchissement vers le bas clairement visible et des roulettes de bouts d’ailes sont nécessaires pour la soutenir et éviter un trop gros effort sur le longeron lorsque l’avion est à l’arrêt. En vol, c’est l’inverse. Selon le vent relatif qu’elle subit, l’aile va avoir une inflexion vers le haut très importante. Ce fut très visible lors des vols télévisés et particulièrement lors de celui au Maroc. Ce mouvement impressionnant d’extrême bas à extrême haut est la caractéristique incontournable pour que l’avion puisse assurer sa mission.

 

Sans aller jusqu’à cet avion magnifique, il suffit de voyager sur un Airbus A380 de ligne pour être témoin du même phénomène. Si vous avez un fauteuil au niveau de l’aile vous pourrez constater exactement la même souplesse. Rassurez-vous, c’est normal et souhaitable. Rappelez-vous la fable de La Fontaine !

 

Le longeron est donc bien un élément capital de l’avion. Il est invisible à l’œil, il ne fait pas de bruit, il ne se commande pas. Il correspond bien à la définition suivante : « ce qui donne à quelque chose son originalité, ce qui l’anime et fait qu’il touche la sensibilité ».

 

Nous sommes bien dans la définition de l’âme … de l’avion.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Longeron

-----------------------------

Airbus-wing

The soul, this undefinable, impalpable thing and nevertheless so essential. It carries us and guides us on a daily basis.

Feel reassured, I do not intend to ramble into religious proselytism. Planes also have a soul, essential to their very existence. Without it, they would be so fragile that the slightest turbulence would destroy them. But what is this all about?

The connoisseurs and the enthusiasts will certainly have already understood what I’m getting to, I wish to speak to you about the wing spar.

Aeronautical definition:
In a fixed-wing aircraft, the spar is often the main structural member of the wing, running spanwise at right angles (or thereabouts depending on wing sweep) to the fuselage. The spar carries flight loads and the weight of the wings while on the ground. Other structural and forming members such as ribs may be attached to the spar or spars, with stressed skin construction also sharing the loads where it is used. There may be more than one spar in a wing or none at all. However, where a single spar carries the majority of the forces on it, it is known as the main spar.

We could content ourselves with this simple technical definition and say we understand everything. But it is not enough.

The spar is essential for the solidity of the wing and the safety of the flight, this we understood. But it will also bring a thing looked for by every pilot, and passenger, character. The materials used, the construction method, its shape, its degree of rigidity will give the plane more or less flexibility. This flexibility is function at first of the role intended for the plane. From a glider to an airliner by way of the light aircraft and even fighters, the multiplicity of roles imposes a different approach in the definition of the wing and the construction of its main spar.

Plane manufacturers have absolutely no humor when it comes to the construction of this essential part. The safety of crews and passengers is so connected to it that most airliner manufacturers test their planes beyond the breaking point of the wing to make sure that the calculated constraints stand true well in the reality. If you look through some of the most popular video sites you will find movies of wing breaking tests from  Airbus or Boeing. They are very impressive.

Airplane-Wing-PartSome of the Robin planes were concerned by an airworthiness directive a few years ago because a defect in the gluing of the wooden spar had been identified as a cause in an accident. All the planes having the same spar were subjected to an inspection and reinforcement obligation. Heavy, expensive and time consuming work, impacting all the owners but without ambiguity in terms of safety. I told you we don’t fool around with this !



All wings are designed from the start to have a certain flexibility, more or less depending on their mission. The design of the spar will be essential to reach this goal. Most people, unknowledgeable of technical constraints, imagine wings as absolutely rigid, a proof of their strength. On the contrary. If the wing was perfectly stiff it would not resist for very long time, mostly if it has to fly in extreme conditions. Flexibility is what will give strength to the wing and not the opposite.

As an illustration, I recommend, if you have the opportunity some day, you visit the last floor of Hancock Tower of Chicago. You will see an enormous block of concrete, the function of which is to move contrary to the oscillations of the tower, to balance the structural efforts. What I’m getting to is that the tower moves, and on windy days it moves a lot. The capacity to move gives the tower it’s strength. Otherwise it would break. The wing of the plane is going to work in much the same way. One of the most striking examples is the wing of the experimental plane Solar Impulse.

On the ground the wings bend downward is clearly visible and castors at each end of the wings are necessary to support the them and avoid too big an effort on the spar when the plane is at a standstill. During flight, it is the opposite. Depending on the relative wind which it undergoes, the wing is going to have a very important upward inflection. It was very visible during television coverage of its flights and even more noticeable during the Moroccan flight. This impressive movement from low to high extremes is a major characteristic for the plane to carry on its mission.

You don’t have to see Solar Impulse to witness this phenomenon. It can be easily done as a passenger on an Airbus A380. If you have a wing side seat you can notice the same flexibility. Feel reassured, it is normal and desirable. Do you remember La Fontaine’s fable ?

The wing spar is thus a major element of the plane. It is invisible to the eye, it does not make noise, it is not controlled or operated. It corresponds well to the following definition: " what gives something its originality, what gives drive and sensitivity ".

This truly is a definition of the soul … of a plane.

http://en.wikipedia.org/wiki/Spar_(aviation)

Repost 0
Published by Qualified Quail's Blog - dans ESSAIS
commenter cet article

Présentation

  • : QUALIFIED QUAIL'S BLOG
  • QUALIFIED QUAIL'S BLOG
  • : Le ciel est, pour moi, une inspiration constante. La joie que je retrouve à chaque fois que je vole, que ce soit aux commandes ou non, me comble et me soulage. Dans le ciel je trouve parfois les solutions à mes problèmes, mais quasiment toujours le calme et la sérénité. Je souhaite simplement partager avec vous quelques fruits de mes réflexions.
  • Contact

La Librairie des Inconnus

http://www.lalibrairiedesinconnus.com

Recherche

Articles Récents

  • BONNE ET HEUREUSE ANNÉE / HAPPY NEW YEAR
  • QUALIFIED QUAIL Le Livre / the Book
    COUVERTURE FRANÇAISE ET ANGLAISE / ENGLISH AND FRENCH COVERS TO READ IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN _____________________________________________________ Cette année, le B-17 Qualified Quail est repartie en vol suis la forme d'un livre. Cette magnifique...
  • ELLE EST DE RETOUR !!! SHE HAS RETURNED !!!
    ENGLISH READERS PLEASE SCROLL DOWN Je suis heureux de vous annoncer la publication de : UN B-17 : QUALIFIED QUAIL Un seul devoir : Les ramener ! Le livre est maintenant disponible à la commande. Il est possible de le commander sur les grands sites de...
  • IL ARRIVE ! IT IS COMING !
    Voici les couverture ! L'ensemble arrive bientôt. A gauche la couverture de l'édition couverture rigide. A droite la couverture de l'édition couverture souple. Version française 216 pages avec de nombreuses photos et illustrations. Here are the covers...
  • PAS D'AILE SANS ELLES - 2
    Depuis ses origines, l'aviation se fait aussi au féminin. Les femmes ont jalonné son histoire avec gloire et dignité. Leurs noms sont inscrits en longue liste, et pourtant aujourd'hui elles sont loin de la parité dans le ciel. Les freins sont dans l'enfance,...
  • AMELIA - PREMIER VOL - FIRST FLIGHT
    TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN --------------------------------------------------------------------- Bonjour à tous, Mon prénom est Amelia et je souhaitais vous conter mes débuts aéronautiques. Mon père est un passionné depuis sa tendre...
  • LE SAUT - THE JUMP
    TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL TO THE BOTTOM ------------------------------------------------------------------------------------ Une expérience aéronautique de plus. Le parachutisme. De la façon dont je l’ai fait, on ne peut pas dire que...
  • UN FESTIVAL EN AVIATION / A FESTIVAL IN AVIATION
    G1 dans le ciel Vauclusien : G1 in the Vauclusien sky TO VIEW THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN ------------------------------------------------------------------------- Il y a un peu moins d’un an, dans cette tribune, je vous faisais part de...
  • SOLUTIONS EN AMONT - UPSTREAM SOLUTIONS
    TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN ----------------------------------------------------------------------------- Pas plus tard que la semaine dernière, je vous disais combien mon expérience de pilote était petite et mon envie de découvrir...
  • QU'ILS VOLENT !
    Avec plus de 310 heures d’avion et une dizaine d’heures d’ULM je suis toujours un bébé en terme d’expérience de pilotage. J’ai encore des milliers de choses à apprendre et de bonheurs à découvrir. En attendant, il y a une chose que je peux faire tout...