Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 04:14

Q-Quail Leather - 2

POUR LIRE CET ARTICLE EN FRANÇAIS

VEUILLEZ DESCENDRE EN BAS DE PAGE 

---------------------------------------------------------------------

 

It was meant to be the end, or rather a conclusion. This trip was meant to help me bring to a conclusion an article about B-17G 42-97851 Qualified Quail. An article I was planning to give to you for reading about now. It was not the case. Much to the contrary. The day after Veterans Day, I believe is a right time to keep you updated.

 

I was facing my car just a couple yards away. Behind me was the door of Owen Cooper’s house. Nonetheless, I had a feeling the distance was a thousand times greater, my brain was in overspeed. While I was walking this short distance I was calling back from memory what had happened during the 6 preceding days. Fascinating.

 

But let’s start from the beginning.

 

A few months ago, while watching a film that has no relation to aviation, it hit me as an evidence. After two years of research, I had finaly rebuilt the full story of Qualified Quail, the bomber of my flight jacket. I had its full curriculum from its birth in California, to its demise in the north of France, including details of its 72 missions. While doing this research, I even was very lucky to contact 3 veterans who did some of their missions on the Quail. With one in particular I even had long phone calls, absolutely mind blasting. Then came this film I mentioned above, the story of two fans searching for their favorite artist. It became evident. I had, in order to finish the story of this plane, to meet these men. If not, I would not be honoring the memory of all the crews; an elementary duty. The decision was made and I started to organize the trip.

 

Loyless Tail Gun Quail

Roy E. Loyless

 

This is how, last October 8th, I was about an hour west of San Antonio, Texas. My first meeting was to be with Mr. Roy Loyless. He was a tail gunner for his crew and flew a few missions on the Quail. As if it was normal, he housed me for three days and had me meet his family. Me ! A complete stranger. Those were three days of strong emotions, of laughs and sharing. Roy let me explore his memory, and rekindle a few difficult moments of his past. I admire his courage at going over these old stories. Here is one of the moving moments that I will share with you now:

«We had arrived in England after a scary crossing of the Atlantic. After our first night, we were awoken by a terrific noise. Running out of our tents we discovered an incredible site. In the sky, above our heads, hundreds of B-17s were forming up for a mission to strike Germany. We were sure that with so many planes the war would be ended before we could go on our first mission. With this in mind, on my first mission of 8 September 1944, I thought it was going to be a piece of cake. Taking off and assembling went fine. We headed for Ludwigshafen and a chemical plant. Even the first shots from the German anti air canons dis not impress me much. We felt so strong, almost invincible. All this changed in the blink of an eye. In front of me, off our wing in the formation, an other B-17 exploded in mid air. It had received a direct hit. No survivor. It was not a piece of cake anymore ...»

 

Qualified-Quail Pictures 2364

Roy E. Loyless

 

A couple of days later, I was near Baltimore, Maryland, where I met Mr. Owen Cooper. He had been a bomber/navigator for his crew and also flew a few missions on board Qualified Quail. Owen gave me a lot of information and documents to help put together the story of this plane. Mrs. Cooper and himself made themselves available. Here also I lived a few very moving moments.

Almost seventy years after, Owen still has trouble talking about some things. Such as the time he witnessed the fall of Silver Dollar, an other B-17 from the 546th Bomb Squadron, when handing me the picture. The plane got its elevators and rudder torn off by the bombs from a plane above. In the picture we see it starting its fall. There will only be to two survivors of the 10 men on board.

 

From Qual Quail - O-Cooper 1

Silver Dollar

 

This is why, when leaving Owen Cooper’s house, I was a bit bewildered. In 6 days, as if it was normal, these 2 men had opened the doors of their memories to me. But also the doors of their luck, of their happiness to have survived, but also of their permanent terrors of the time. Looking at it with 70 years of peace, I feel grateful and I owe them, and all the others, more than just the factual story of a plane.

 

What was to be the end of a story, the final touch, is really the beginning. Since this trip, I have found and contacted other veterans of the Quail or their families. I have now enlarged the circle and the History of Qualified Quail and its crew is getting richer.

 

So, you will not be getting the story mow. But I promise you will get its History.

 

Qualified-Quail Pictures 2366

Owen G. Cooper

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Cela devait être la fin, ou plutôt, une conclusion. Ce voyage devait me permettre d’apporter une conclusion à un article sur la carrière du B-17G 42-97851 Qualified Quail. Un article que je comptais livrer à votre lecture en ce moment. Il n’en fut rien. Bien au contraire. Ce lendemain de fête du 11 Novembre me parait un bon moment de vous en parler.

 

Ma voiture était devant moi, à deux mètres. Derrière moi, il y avait la porte de la maison d’Owen Cooper. Cependant, j’eus l’impression que cette distance était mille fois plus longue tellement mon cerveau était en survitesse. Pendant que je franchissais cette distance minime je rappelais de ma mémoire ce qui s’était passé pendant les six derniers jours. Hallucinant !

 

Mais reprenons par le commencement.

 

Il y a plusieurs mois, en regardant un film émouvant qui n’a rien à voir avec l’aviation, je fus frappé par une évidence. Après deux ans de recherches, j’avais enfin reconstitué tout l’historique de Qualified Quail, le bombardier de mon blouson. J’avais son curriculum de sa naissance en Californie à sa mort en France, en passant par ses soixante-douze missions. En effectuant cette recherche, j’eus même la chance de prendre contact avec trois anciens combattants ayant effectué des missions à son bord. Avec l’un en particulier, j’eus même de longs échanges téléphoniques, absolument passionnants. Puis vint ce fameux film, qui est l’histoire d’une quête d’un artiste disparu par deux passionnés. Cela devint une évidence. Je devais, pour terminer l’histoire de l’avion, rencontrer ces hommes. Faute de quoi, je manquerais à un devoir de mémoire le plus élémentaire. Décision prise j’organisais mon voyage.

 

qualifiedquailcrew

Loyless kneeling second from the left.

Loyless à genou, deuxième en partant de la gauche.

 

C’est ainsi que le 8 octobre dernier je me retrouvais à une heure de route à l’Ouest de San Antonio au Texas. Ma première rencontre devait se faire avec Roy Loyless. Il fut Mitrailleur arrière pour son équipage et effectua plusieurs vols à bord de Qualified Quail. Comme si c’était normal, il m’accueillit chez lui pendant trois jours et me fit rencontrer sa famille. Moi, un parfait étranger. Ce furent trois jours d’émotions fortes, de rires, de partage. Roy accepta que j’explore sa mémoire, que je ravive certains moments pénibles pour lui. J’admirais son courage de ressasser ces histoires anciennes. De son témoignage, voici une des remarques très émouvantes que je vous livre:

«Nous arrivâmes en Angleterre après une traversée de l'Atlantique un peu angoissante. Le lendemain matin de notre première nuit,nous fûmes réveillés par un bruit assourdissant. En nous précipitant en dehors de nos grandes tentes, nous découvrîmes un spectacle époustouflant. Dans le ciel, au-dessus de nos têtes, des centaines de B-17 se rassemblaient pour partir en mission sur l’Allemagne. Nous fûmes persuadés qu’avec autant d’avions la guerre allait se terminer avant que nous puissions y prendre part. Avec cela en tête, lors de ma première mission le 8 septembre 1944, je me dis que cela allait être du gâteau. Le décollage et le rassemblement de l’armada se passa bien. Nous prîmes le cap sur notre cible à Ludwigshafen, une usine chimique. Même les premiers tirs de DCA en territoires ennemis ne m'impressionnaient pas beaucoup tellement nous avions ce sentiment d’invincibilité. Mais tout cela changea en un clin d’œil. Devant mes yeux, notre voisin de formation éclata en plein vol. Touché par un tir de DCA. Aucun survivant. Ce n’était plus du gâteau...»

 

qualifq

 

Quelques jours plus tard, je me trouvais proche de la ville de Baltimore où j’ai rencontré Owen Cooper. Il fut Navigateur Bombardier pour son équipage et lui aussi effectua plusieurs vols à bord de Qualified Quail. Owen m’a donné beaucoup d’informations et de documents pour étayer l’histoire de Qualified Quail. Madame Cooper et lui-même furent incroyablement disponibles et ouverts. Ici aussi j’ai vécu des moments très émouvants. Quasiment soixante-dix ans après, Owen a encore du mal à raconter certaines choses, comme lorsqu’il me relate la chute de Silver Dollar, un B-17 du 546th Bomb Squadron en me donnant la photo. L’avion a l'empennage totalement arraché par des bombes larguées d’un avion au-dessus. On le voit commencer sa chute inexorable. Il n’y aura que deux survivants sur les dix personnes à bord.

 

Voilà pourquoi, en sortant de chez Owen Cooper, je suis un peu secoué. En 6 jours, comme si c’était normal, ces deux hommes m’ont ouvert la porte de leurs souvenirs, de leurs chances, de leurs bonheurs d’avoir survécu mais aussi de la terreur permanente qui les habitait. Avec le recul de près de soixante-dix ans de paix, je leur dois, à eux comme aux autres équipages, plus qu’une simple histoire factuelle d’un avion..

 

Ce qui devait être la fin d’une histoire, la touche finale, est réellement le début. Depuis ce voyage, j’ai retrouvé la trace d’autres membres d’équipages ou de leurs familles. Je suis maintenant en contact avec d’autres personnes et l’histoire de Qualified Quail et de ses équipages continue à s’enrichir.

  

Vous n’aurez donc pas son histoire maintenant. Mais je vous promets que vous aurez son Histoire.

 

QQ united

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans HISTOIRE
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 23:00

      TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN

 

---------------------------------------------------------------------

Lafayette 8391

Les chemins de l’inspiration sont multiples et toutes plaisantes. Pour cet article elle me vient d’un ami qui, lors d’un de ses joggings, a découvert par hasard le Mémorial dédié à l’Escadrille Lafayette et se situant à Marnes la Coquette dans les Hauts de Seine. Il m’envoya une photo, certain que cela m'intéresserait et il avait raison. Je connaissais son existence mais n’avais jamais pris le temps de faire les quelques kilomètres pour m’y rendre. Il était ainsi temps que je le fasse.

 

Le site porte le nom de Mémorial mais il s’agit plus d’un Mausolée étant donné qu’il comporte une crypte où reposent les corps de 68 pilotes.

 

Pour ceux qui ne le savent pas voici une petit rappel de ce qu’était l’Escadrille Lafayette.

Lafayette 8369

Lors de la Première Guerre Mondiale, avant l’entrée des Etats Unis dans le conflit il y eu de nombreux volontaires américains qui rejoignirent l’armée française pour aider la France dans son combat. L’aviation, avec sa tradition chevaleresque, attira naturellement beaucoup d’hommes.

L’état-major français considéra qu’il était intéressant de réunir les volontaires américains aptes à l’aviation au sein d’une même unité. Cela réduisait le risque lié au problème linguistique et de plus cela permettait de faire passer un message politique en direction des Etats Unis. Leur entrée en guerre était plus que désirée.

 

En avril 1916, l’escadrille était constituée et il lui fut attribué le code N124. Son existence est aussi attribuée à l’action de Norman Prince descendant d’un riche financier américain qui contribua financièrement à sa constitution.

 

Au début, elle compte 42 aviateurs dont 4 Français. A la fin de la guerre 209 aviateurs auront servis dans ses rangs dont certains sont devenus célèbres: Raoul Lufbery as aux 17 victoires homologuées en plus d’une quinzaine probables, Eugene Bullard premier pilote de chasse noir et unique lors de la Première Guerre Mondiale.

Captain Georges Thenault, French Aviation Service 04Oct1922

Le Capitaine Georges Thenault fut le premier commandant d’unité. Il était un commandant respecté des ses hommes et considéré comme un géant par sa prestance et sa force de caractère.

 

La première victoire de l’escadrille fut apportée par Kiffin Rockwell, futur As, le 18 mai 1916. Il abattit un biplace Allemand.

Ce fut la première d’une longue série car l’unité terminera la guerre avec 199 victoires officiellement reconnues.

 

A l’entrée en guerre des Etats Unis l’escadrille disparaitra pour que les pilotes Américains expérimentés puissent accompagner la montée en compétence des jeunes pilotes Américains encore inexpérimentés. Elle disparait donc pour être intégrée dans l’armée Américaine le 18 février 1918 pour porter le numéro N.103 en devenant la première escadrille de chasse Américaine. Promu comandant, Georges Thénault, avec sept victoires, sera muté à Pau et prendra la direction de l’instruction.

 

L’escadrille Lafayette, entre avril 1916 et février 1918, aura vu servir au front sous sa bannière 180 Américains dont 68 trouveront la mort au combat. 15 seront fait prisonniers.

 

Le Mémorial de l’Escadrille Lafayette rend ainsi hommage à ces hommes tous volontaires au péril de leur vie à combattre sur une terre étrangère pour une cause juste à leur yeux. Ce dévouement sera un des moteurs de l’engagement de beaucoup de leurs congénères un peu moins de trente ans plus tard.

 Lafayette 8345

Sous la forme d’une grande arche centrale flanquée de deux bras accueillants, le tout en pierres blanches très lumineuses, le monument trône au milieu d’une belle clairière paisible du parc qui l’abrite.

Beaucoup d’inscriptions sont gravées dans la pierre pour rendre hommage aux pilotes. Avant tout les noms des 68 pilotes de l’escadrille morts au combat.

Sur la face intérieure de l’arche se trouvent deux médaillons très symboliques de la fraternité franco-américaine représentants Georges Washington et le Marquis de Lafayette face à face.

L’ensemble des inscriptions est aussi bien en anglais qu’en français. Sur la face avant se trouvent deux visages. A gauche l’indien emblématique de l’escadrille, à droite un pilote dont  l’écharpe au vent le fait curieusement ressembler à sont emblème.

Lafayette 3198

Sous le monument se trouve une crypte qui abrite les sarcophages des 68 pilotes. La lumière naturelle peut pénétrer au travers des vitraux qui rappelle les batailles auxquelles l’Escadrille participa.

 

Si vous avez l’occasion de passer à proximité de Marnes la Coquette, ne vous priver pas d’une petite visite. Cela ne prendra pas beaucoup de votre temps, par contre, comme pour moi, cela pourra être une inspiration.

 

Dédicace: merci à Fred D. d’avoir laissé ses pas le guider jusque là et d’avoir pensé à moi.

 

 

The ways of inspiration are multiple and all pleasant. For this article inspiration came to me from a friend who, during one of his frequent joggings, surprisingly discovered the Memorial dedicated to the Escadrille Lafayette, situated in Marnes la Coquette in the department of the Hauts de Seine. He sent me a photo, certain that it would interest me and he was right. I knew the Memorial’s existence but had never taken time to make the short trip to visit it. It was time I did.

Lafayette 8343

The site bears the name of Memorial but it is more of a Mausoleum considering that it contains a crypt where the bodies of 68 pilots rest.

 

For those who do not know it here is a short reminder of what was the Escadrille Lafayette.

 

During World War I, before the United States entered the conflict, numerous American volunteers joined the French army to help France in its fight. The air force, with its chivalrous tradition, naturally attracted many men.

The French general staff considered that it was interesting to combine the American volunteers within one unit. It reduced the risk connected to the linguistic problem and furthermore it allowed a political message to pass in the direction of the United States. Their participation in the war was more than desired.

Lafayette 8367

In April, 1916, the squadron was established and it was given the code N124. Its existence is also atributed to Norman Prince's action, son of a rich American who financially contributed to its beginning.

 

At the beginning, it accounted 42 airmen among whom 4 French. At the end of the war 209 airmen would have served in its ranks among which some would become famous: Raoul Lufbery the Ace with 17 confirmed victories added to fifteen probable, Eugene Bullard first black fighter pilot and the only one during World War I.

Lafayette 8356

Captain Georges Thenault was the first commander of the unit. He was respected by his men and considered a giant for his imposing presence and his strength of character.

 

The first victory of the squadron was brought by Kiffin Rockwell, a future Ace, on May 18th, 1916. He shot down a German two-seater.

It was the first of many because the unit ended the war with 199 officially confirmed victories.

Lafayette 8351

When the United States entered the war the squadron was transfered into the US Army so that the experimented American pilots could help train the young still inexperienced pilots. It thus disapeared to be integrated into the American army on February 18th, 1918 and was given the number N.103, becoming the first American fighter squadron. Promoted to Major, Georges Thénault, with seven victories, was given the command of instruction at the school of Pau.

 

The Escadrille Lafayette, between April 1916 and February 1918, saw 180 Americans in its ranks at the front. 68 would die in combat and 15 taker prisoner.

 

The Memorial to the Escadrille Lafayette pays tribute to these men. Each a volunteer at the risk of their lives to fight on a foreign soil for a just cause. This dedication would be a major motivation for the commitment of many of their brothers in arms a little less than thirty years later.

Lafayette 8387

In the shape of a big central arc flanked by two welcoming arms, the whole in very bright white stones, the monument thrones in the middle of a beautiful peaceful clearing of the park which shelters it.

Many inscriptions are engraved in the stone to pay tribute to the pilots. Foremost the names of the 68 pilots of the squadron who died in combat.

On the inside of the arc are two very symbolic medallions of the Franco-American brotherhood representing Georges Washington and the Marquis de Lafayette, face to face.

All the inscriptions are in English and in French. On the front of the monument are two faces. To the left the symbolic Indian of the squadron, to the right a pilot whose waving scarf makes him curiously look like the Indian.

Lafayette 8382

Under the monument is a crypt sheltering the sarcophaguses of 68 pilots. The natural light can penetrate through the stained-glass windows recalling the battles in which the Squadron participated.

 

If you have the opportunity to pass near Marnes la Coquette, don’t hesitate to make a short visit. It will not take much of your time, and on the other hand, as for me, it might be an inspiration.

 

Dedication: thanks to Fred D. for letting his steps guide him there and for having thought of me.

Lafayette 8338

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans HISTOIRE
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 00:00

For an English version of this article please go to the bottom of the page.

 

 

La prise de conscience fut très longue pour réaliser que cet avion, et plus particulièrement son équipage était fondamentalement à la base de ma passion.

 

Le 8 juin 1944, en pleine nuit, un équipage du British Bomber Command en mission de bombardement sur la gare de Versailles Matelots s’est écrasé en forêt de Rambouillet entre le village de Montfort l’Amaury et celui de Les Mesnuls.

 

Basé à Upwood, proche de Cambridge, l’avion immatriculé ND517 GT-E, un Avro Lancaster, appartenant au 156 Squadron de la Royal Air Force, décolla à 00h58.

Upwood-crest

 

L’équipage fut le suivant :

 

Canadian Squadron Leader: HOPTON Cecil George - Pilote – RCAF - DFC* – Service nr J/19003. Né à Montréal en 1918, il s’était engagé à Niagara Falls, Ontario. Il comptait 46 sorties opérationnelles.

 

Flight Lieutenant: CONLON William Michael - Navigateur n° 2 – RAF Volunteer Reserve DFC – Service nr 133539 – 23 ans de Littleborough, Lancashire

 

Sergeant:  CAMPBELL Ian - Mitrailleur – RAF Volunteer Reserve – Service nr 1822580.

Flight Sergeant: GIBBS Leslie Edward – RAF Volunteer Reserve – Service nr 1801366 – 22 ans de East Dulwich , London.

Flight Lieutenant: GILLIS Hartley David – Navigateur n° 1– RAF Volunteer Reserve – DFC - Service nr 170350 – 21 ans de Paddington, London.  

Warrant Officer: LARKINS Alfred Robert – Mitrailleur – RAF Volunteer Reserve – Service nr 1189479 – 29 ans de Ramsgate, Kent.

 

Flight Lieutenant: MOYES Peter James – Radio/Mitrailleur – RAF Volunteer Reserve – DFC - Service nr 160518.

Flight Lieutenant: WOOD David Telfer – Navigateur/ Bombardier – RAF – Service nr 51836 – 24 ans de Lundie, Angus.

 

156 Squadron était spécialisé dans le marquage de cibles pour aider les vagues de bombardements lourds. Ils étaient une des unités de « Pathfinders ». Mais ils assuraient aussi très régulièrement des missions de bombardements eux mêmes.

Plan 

 

Ce soir-là c’était une mission pour bombarder la zone de triage de la gare de Versailles Matelots. Cela se trouve juste à côté de la pièce d’eau des Suisses et du célèbre château de Versailles qu’il était interdit de toucher.

Je n’ai pas retrouvé les raisons du crash, flak, chasseur de nuit où incident technique. Néanmoins leur avion s’est écrasé en forêt de Rambouillet à proximité du lieu dit des Brulins. Malheureusement, il n’y eu aucun survivant.

Plan Versailles Matelots

Des habitants des Mesnuls furent témoins de la chute et au levé du jour, avec l’autorisation des autorités allemandes du village ils ont récupéré les corps pour les inhumer. Une cérémonie religieuse fut célébrée en l’église Saint Eloi des Mesnuls et ils furent enterrés dans le cimetière attenant.

Tombe Mesnuls

 

Anecdote : Madame Virginie Bianchini, un de ces personnages haut en couleur qui se distingue en de telles occasions, était la seule à avoir des aptitudes au piano et elle se proposa pour jouer l’harmonium de l’église afin d'agrémenter la cérémonie. L’officier allemand responsable du contrôle du village avait spécifiquement expliqué qu’il était autorisé de rendre hommage au décédés mais qu’en aucun cas il devait y avoir la moindre manifestation patriotique. Madame Bianchini bravant l’interdiction, joua « God Save the King » à la fin de la cérémonie. Devant le courroux de l’officier allemand, elle lui expliqua avec l’aplomb qui lui était coutumier qu’elle aurait joué l’hymne allemand si c’est lui qui était décédé. L’officier, assez respectueux des traditions, passa sur l’affaire.

 

Mais pourquoi cet avion ? Cet équipage ? Pourquoi ont-ils bercés ma jeunesse aéronautique ?

 

La réponse est simple : j’ai grandis dans ce village des Mesnuls. Au minimum chaque dimanche, et à bien d’autres occasions je suis passé devant cette tombe. Pendant des années je m’arrêtais régulièrement pour lire et relire les noms des membres de l’équipage et me laisser interpeler par ce sacrifice ultime.

J’avais eu l’occasion de discuter avec Madame Bianchini et avec d’autres témoins de l’évènement. Ils étaient mes voisins, le plombier de mes parents, etc.

Parallèlement, et sans le savoir, je passais de longues heures à jouer en forêt. Avec des amis de Monfort l’Amaury, il m’arrivait d’aller jouer en forêt aux Brulins. Nous aimions beaucoup car à cet endroit se trouvait une plantation de pins au milieu de laquelle se trouvaient des trous ressemblant fortement à des trous de bombardement. Le terrain était tourmenté. Cela nous servait de tremplins à vélo ou de scène de guerre pour nos jeux. Je ne savais pas du tout à l’époque que je jouais là ou étaient tombés les héros de mon village, que la scène de guerre en était réellement une. Le panneau qui se trouve là aujourd’hui n’y était pas encore.

Le lien se fit des années plus tard lorsque, pendant une de mes promenades forestières, je découvris le panneau et fit le rapprochement.

Panneau Brulins

Voilà pourquoi cet avion et cet équipage a bercé mon enfance et mes rêves aéronautiques. Les Héros de ce 8 juin 1944 ont posé dans mon esprit une des références initiales de ma passion.

Aujourd’hui, mon père enterré à quelques mètres d’eux me rappelle occasionnellement à leurs côtés et me permet de me souvenir du cadeau inestimable qu’ils nous ont donné, avec l’ensemble de leurs camarades.

 

NB : la tombe comporte aussi depuis 2005 le nom du F/L R. B. Leigh. Il était navigateur et faisait normalement partie de cet équipage. Le jour de la mission il ne pouvait se joindre à eux. A sa mort, une de ses dernières volontés était de rejoindre ses camarades et d’être enterré avec eux. Ce qui lui fut accordé.

 

Le Lancaster est un avion fondamentalement assez laid comme les ingénieurs anglais savaient parfois en produire. Mais ce fut une bête de somme extrêmement efficace avec une capacité d’emport extraordinaire pour l’époque. Le Lancaster pouvait emporter plus de bombe qu’un Boeing B-17. C’était un avion efficace et apprécié par ses équipages. Il était doté d’un équipage de 7 personnes.

 

Lancaster

Les informations techniques :

 

Motorisation : 4 moteurs V12 Rolls-Royce Merlin de 1280 ch unitaire.

Envergure : 31m

Longueur : 22m

Hauteur :6m

Vitesse : 450 km/h

Capacité d’emport : traditionnellement 8000 kg de bombes mais pouvant aller jusqu’à 10000 kg avec la « Grand Slam ».

 

Référence :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Avro_Lancaster

http://liberty-jeep.info/st%C3%A8les-monuments/

http://en.wikipedia.org/wiki/RAF_Upwood

http://www.rafupwood.co.uk/156squadron.htm

 

IN ENGLISH

 

It took a long time for me to be conscious of the fact that this plane, and mostly it’s crew, held an essential part in the birth of my passion.

On 8 June 1944, in the dark of the night, a crew from the British Bomber Command, on a bombing mission of the Versailles Matelots train station in France, crashed in the forest of Rambouillet between the villages of Montfort l’Amaury and Les Mesnuls.

Based at Upwood, near Cambridge, the plane tail number ND517, GT-E, an Avro Lancaster belonging to the 156 Squadron of the Royal Air Force, took off at 00h58.

The crew had the following members :

Canadian Squadron Leader:HOPTON Cecil George - Pilote – RCAF - DFC – Service nr J/19003. Born in Montréal in 1918, he enrolled at Niagara Falls, Ontario. He had 46 combat missions.

Flight Lieutenant: CONLON William Michael - Navigator n° 2 – RAF Volunteer Reserve DFC – Service nr 133539 – 23 years old from Littleborough, Lancashire.

Sergeant:  CAMPBELL Ian - Gunner – RAF Volunteer Reserve – Service nr 1822580.

Flight Sergeant: GIBBS Leslie Edward – RAF Volunteer Reserve – Service nr 1801366 – 22 years old from East Dulwich , London.

Flight Lieutenant: GILLIS Hartley David – Navigator n° 1– RAF Volunteer Reserve – DFC - Service nr 170350 – 21 years old from  Paddington, London.  

Warrant Officer: LARKINS Alfred Robert – Gunner – RAF Volunteer Reserve – Service nr 1189479 – 29 years old from Ramsgate, Kent.

Flight Lieutenant: MOYES Peter James – Radio/Gunner – RAF Volunteer Reserve – DFC - Service nr 160518.

Flight Lieutenant: WOOD David Telfer – Navigateur/ Bomber – RAF – Service nr 51836 – 24 years old from Lundie, Angus.

156 Squadron was specialized in target marking to help the bomber flights hit their targets. They were one of the Pathfinders. They also very regularly took up normal bombing missions.

That night, the mission was to bomb the rail yards of the Versailles Matelots station. They are near the Pièce d’Eau des Suisses and the famous chateau of Versailles, a forbidden target.

I haven’t found the reasons of the crash : flak, german night fighters or technical problems. Nonetheless the plane crashed in the forest of Rambouillet near a section called the Brulins. Unfortunately there were no survivors.

Some villagers of Les Mesnuls were witnesses of the fall and at sunrise, with the prior agreement of the local German officers went in the forest to collect the remains of the crew for burial. A religious ceremony was held in the Saint Eloi church of Les Mesnuls and they were buried after that in the cemetery next to the church.

Interesting fact : Madame Virginie Bianchini, one of these incredible characters who always rise in troubled times was the only one around who mastered the piano. She thus volunteered to play the church organ. The German officer overseeing the process was very clear in the fact that honoring the crew was ok but there was not to be the least patriotic outburst or severe punishment would be taken. But that was not what would stop Madame Bianchini. At the end of the ceremony she played « God Save the King ». Confronted by the very mad officer she explained that had it been him she would have played the German anthem. The officer let the matter rest.

But why this plane, this crew ? Why were they at the origins of my passion for flight ?

The answer is quite simple. I grew up in the village of Les Mesnuls. At a minimum every Sunday, and on many more occasions I was to pass in front of the tomb.

For years, I would regularly stop to read, and read again, the names engraved on the stone and reflect on this ultimate sacrifice.

I had the chance to talk to Madame Bianchini and with other witnesses of the event. They were my neigbors, my parents plumber, etc.

Meanwhile, unknowingly, I spent many hours playing in the forest of Rambouillet. With friends from Montfort L’Amaury, I sometimes played in the section called Les Brulins. We enjoyed this part of the forest because there was a specific area planted with pine trees and with many holes that looked like bomb holes. This was great for our war games or for bicycle jumps. I didn’t know at the time that our war game zone was an actual war zone where the Lancaster crashed many years before. It was the place where the war hereos of my village lost their lives. The sign that is there now did not exist at the time.

It is only many years later that the links were made in my mind when during a walk in the forest I discovered the sign that was put up.

That is why this plane and its crew are part of the birth of my passion for flight. The hereos of 8 June 1944 had created a lasting reference and ideal to build my passion.

Today, my father is buried just a few yards away and draws me back to them, making me remember the priceless gift these men gave to us, as all those who fell with them.

Note : Since 2005 the tomb carries a new name. It is the one of F/L R. B. Leigh. He was part of the crew as navigator and should normally have been on that flight. On the day of the mission he was excused (reasons not recorded). When he died, one of his last wishes was to be buried with his comrades. His request was granted and he joined them during an official ceremony.

The Lancaster was on the whole a rather ungainly plane of the kind that British engineers produced on several occasions. But it was a fantastic workhorse with a larger load capacity than the Boeing B-17. At the end of the war it could even carry the 10000 kg Grand Slam bomb. It was operated a crew of seven. It was an efficient place, appreciated by its crews.

Technical information :

Engines : 4 V12 Rolls-Royce Merlin 1280 hp engines.

Wingspan : 31m

Length : 22m

Hight :6m

Speed : 450 km/h

Capacity : traditionally 8000 kg but could go up to 10000 kg with the « Grand Slam ». 

Reference :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Avro_Lancaster

http://liberty-jeep.info/st%C3%A8les-monuments/

http://en.wikipedia.org/wiki/RAF_Upwood

http://www.rafupwood.co.uk/156squadron.htm

 

Repost 0
Published by Patrick Milward - dans HISTOIRE
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 18:34

Mon frère Michael, connaissant mes passions, m’a informé d’une trouvaille qu’il avait faite lors de ses pérégrinations sur la toile électronique. Il a découvert l'existence d’un pilote de Boeing B-17, basé en Angleterre pendant la deuxième guerre mondiale et qui portait le nom de Peter V. Milward.


pvm in uniform 

Lieutenant Peter Vernon Milward


Peter est né le 20 décembre 1921 à Springfield dans le Massachusetts. Ses parents et lui quittent Springfield 2 ans plus tard pour s’installer en Californie. Sans doute d’une famille relativement aisée, il eu la chance rare à l’époque de faire un voyage en Angleterre en août 1923 avec sa mère. 

 

Accélération rapide et on se retrouve le 18 mars 1942. Peter est volontaire pour la US Army Air Corp, ancêtre de la US Air Force. Souvenez-vous: les Etats Unis venaient d’entrer en guerre suite à l’attaque japonaise de Pearl Harbor en décembre 1941. Peter a tout juste 20 ans. Il intègre avec le grade de «Private» (seconde classe) et son inscription se fait à Moffet Field en Californie. Il porte le matricule n° 19040657.

 

Milward Peter Crew 2 WN

 

Il suivra la parcours classique des jeunes aspirants au pilotage. Formation de base sur monomoteur, puis évolution sur multimoteurs avant d’intégrer l’école de bombardement et d’atteindre le Grâle des avions de bombardement: le Boeing B-17 Flying Fortress.

En parallèle, Peter passa les épreuves de l’école d’officiers pour atteindre le grade de Lieutenant.

Pendant sa formation sur la base militaire de La Junta au Colorado, il trouva tout de même le temps de vivre une romance avec Muriel Mello, qu’il épousa sur la base même le 6 février 1943.Muriel Pat Mello

 

C’est donc un jeune lieutenant nouvellement marié qui débarqua en Angleterre fin 1943 pour rejoindre le 335ème escadron de bombardement du 95ème groupe de bombardement au sein de la célèbre 8ème Air Force. L’unité était basée sur le terrain de Horham dans le Suffolk.

 

De là, Peter Milward allait effectuer au moins 28 missions de bombardement avec différents avions, mais tous des B-17.

 

La première sur le B-17F Darlin’ Dolly le 11 décembre 1943. Ce fut une mission sur Emdem en Allemagne. Il allait effectuer huit missions sur cet appareil, la dernière le 4 février 1944 sur Frankfort.

Darlin Dolly 01Darlin Dolly 02

 

Mary RuthSa deuxième mission fût à bord de Mary Ruth The We Wa Special (sacrément drôle de nom). Objectif Kiel dans la banlieue de Hambourg.

 

Après trois missions à nouveau sur Darlin’ Dolly, il allait effectuer une mission qui lui causerait beaucoup d’angoisse.

Le 4 janvier 1944, il fut assigné à une mission de bombardement sur Kiel en Allemagne.

Superstitious Al-O-Ysius

A bord du B-17F Superstitious Al-O-Ysius il allait avoir un travail compliqué. L’appareil fut fortement endommagé par la défense anti-aérienne allemande et le retour mouvementé. Les dommages étaient tels que l’appareil perdis peu à peu de l’altitude. Ils tentèrent tout de même le retour à la base et s’engagèrent au-dessus de la Manche. Malheureusement, Superstitious Al-O-Ysius n’allait pas pouvoir ramener son équipages. Peter Milward fût obligé de se poser en vue des cotes anglaises. Pas loin de Bawdsey dans le Suffolk. Fort heureusement, les secours arrivèrent vite et l’ensemble de l’équipage fut sauvé. Il raconta souvent dans les années qui suivirent sa fierté d’avoir correctement posé l’avion et que celui-ci flotta plus d’une demie heure au lieu de 90 secondes en moyenne. 

 

RoarinBillA nouveau 4 missions sur Darlin’ Dolly avant de passer sur un B-17G, Roarin’ Bill, le 5 février 1944. Objectif Villacoublay à coté de Paris. Cette base française avait été rapidement annexée par la Luftwaffe et servait de base de déploiement pour protéger l'Allemagne contre les raids de bombardiers alliés.

Pour la petite histoire (pas si petite pour ceux concernés), Roarin’ Bill fut abattu au-dessus de Strasbourg le 20 janvier 1945, et s’écrasa à Eutsheim. Il était piloté à ce moment là par le Capitaine. Sur les 11 membres d’équipage, 2 furent fait prisonniers et 9 réussirent à rentrer pour reprendre du service.

 

42-31565Pour Peter Milward, retour au combat le 20 février 1944 (repos sans doute lié à la météo) sur le B-17G  42-31565 (pas de nom). Objectif Rostock en Allemagne.

Cet avion, aussi, allait avoir une fin tragique. Lors d’une mission sur Berlin le 4 mars 1944, avec Roehm comme pilote, l’avion fut gravement endommagé par la défense anti-aérienne. Avec un trou dans l’aile et un moteur en panne, Roehm, ordonna l’évacuation dans la région formé par le triangle Avesnes, Cambrai, Saint Quentin. L’avion s'écrasa à Saint Symphorien en Belgique. Le mitrailleur de queue fut malheureusement tué (il est enterré à Omaha Beach). Pour le reste de l’équipage, 6 furent capturés par las allemands et 3 réussirent à s’échapper.

 

Mais avant cela, Peter allait effectuer 6 missions sur cet avion, la dernière la veille de sa disparition. Le 4 mars il allait certainement y penser.

 

Shoo Shoo Baby 01

Shoo Shoo Baby 02 

Le 23 mars 1944, il fit une mission en direction de Brunswick en Allemagne, à bord du B-17G Shoo Shoo Baby. Fin malheureuse pour cet avion aussi, car le 7 octobre suivant, avec Neal aux commandes lors d’une mission sur Merseberg, il fut abattu et s'écrasa à Jena-Leebstedt en Allemagne. Un mort et 9 prisonniers.

 

chicke10Le 26 mars 1944, pour sa 21ème mission avec l’unité, Peter Milward allait détruire des rampes de lancement de bombes volantes V1 ou V2. Il était à bord d’un B-17G Chicken Ship / The Pickwickian. Cet avion porta deux noms, ce qui ne fut pas rare. Parfois, un nom de baptême pouvait être considéré comme dégradant pas certains équipages qui du coup le renommait. Dans ce cas, l’allusion au personnage jovial de Dickens est plus valorisante que celle du «Vaisseau des Poules». Pour information aux non anglophiles, Chichen en anglais désigne aussi un «trouillard».

 

Be AroundLe lendemain, Peter repartait en mission sur Cazaux en Gironde. Il vola pour cette occasion sur un autre B-17G, I’ll Be Around. Une fois de plus, cet avion allait disparaitre. Piloté par Leaser le 29 avril 1944, pour une mission sur Berlin, il fut endommagé, pour finalement s’écraser à Haamstede. Je n’ai pas de détail sur l’équipage.

 

 


Entre le 1er et le 20 avril 1944, Peter effectua 5 nouvelles missions sur Roarin’ Bill, avec un assortiment d’objectifs en Allemagne (dont Berlin) et en France.

 

Sa dernière mission répertoriée avec le 335ème escadron de bombardement fut le 27 avril 1944. L’objectif fut à nouveau des rampes de lancements de V1 et V2, et à nouveau au commandes du B-17G Chicken Ship / The Pickwickian.

 

Milward Peter Crew 1 WN

Voilà pour les missions connues. Après cela j’ai perdu sa trace et je ne sais pas s’il est rentré aux Etats-Unis pour être démobilisé ou pour être instructeur comme ce fut le cas pour beaucoup, ou s’il a continué dans une autre unité.

Peter Milward 01 

Après la guerre, Peter eu une assez longue carrière dans l’assurance et pris sa retraite en 1984. Il resta actif militairement dans la réserve de la USAF qu’il quitta en 1969 au grade de Lieutenant Colonel.

pvm and mgm at 12 weeks

Peter avec sa fille ainée Marilyn

Ça ne s'invente pas !

 

Il eu quatre enfants avec Muriel qui décéda en 1988. Peter se remaria en 1989 avec Marion MacGillivray.

Apres une longue carrière dans les assurances, il prit sa retraite et resta actif au sein de plusieurs associations caritatives.

peter milward

La moustache est-elle un souvenir d'Angleterre ?

 

Peter décéda le 21 décembre 2003

 

Voici pour une tranche de la vie d’un homme somme toute assez classique. Pendant sa guerre il eu beaucoup de chance, certainement aidée par du talent.

Apres des recherche il s’avère que Peter Milward n’est qu’un homonyme et nous ne sommes pas parents. Il est apparemment d’une branche anglaise de Milward. Je reste néanmoins assez fier de cette homonymie. De porter le même nom que cette homme qui à chaque fois a ramené son équipage à pont port.

 

A bientôt pour un prochain article !

Pour être certain d'être informé de toute nouvelle publication n'hésitez pas à vous inscrire à la Newsletter.

Repost 0
Published by qualified-quail - dans HISTOIRE
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 21:00

La question me fut posée:

"Qu'elles furent les finalistes avant ma sélection de Qualified Quail ?"

Et bien les voilà mais sans ordre particulier:

 

ANXIOUS ANGEL B-17G 43-38035 401st Squadron

Même unité que Qualified Quail et peinture par Tony Starcer aussi. Mais, désolé Mesdames, un bassin un peu trop large ! 

 Anxious angel starcer


MADAM SHOO SHOO B-17 43-37786 551st Squadron

Belle peinture par une artiste: Anne Haywood. Elle fut l'auteur de beaucoup de pin'ups.

Que ce soit une femme artiste était très rare (possiblement la seule) pour rendre Madam Shoo Shoo intéressante.

Très tenté mais l'avion termina banalement sa carrière aux Etats Unis en recyclage.

hayward-shoo shoo


Hoosier Hot Shot B-17G 

Pas mal du tout mais histoire de l'avion difficile à retrouver.

Mais pas mal !

hoosier hot shot nose


Little Miss Mischief B-17G 42-97880

Même groupe de bombardement que Qualified Quail mais la fin de l'avion comporte trop d'incertitudes. 

mischief


Mount 'N Ride B-17G 42-31585

Toujours le même groupe que Qualified-Quail, et toujours Tony Starcer ! Comme quoi !

Celle-ci fût dans le "very short list" mais je l'ai retrouvé sur pas mal de blousons dans le commerce.

Petite histoire, cet avion termina sa carrière dans les Alpes suisses après avoir été mitraillé au-dessus de l'Allemagne. Une vrais "Mountain Ride" ! 

mount ride lg


My Devotion B-17F 42-30857

Belle base de recherche mais très peux d'information et quasiment aucune photo claire.


My Devotion


Iza Vailable Too 42-97254

Un peu trop suggestive, non ? Heureusement il y a le grand chapeau !

na-izavailabletoo

 

 

Pist'l Packin Mama B-17G 42-37779

Même groupe que Qualified Quail, et toujours par Tony Starcer.

Un avion avec une histoire sympa, mais le nom fût utilisé sur plusieurs avions avec des pin'up de qualité diverses.

Pistol Packing Mama-43-37779

 


Yankee Gal II

Très belle Pin'up mais quasiment aucune info sur l'avion et le nom fût utilisé sur plusieurs autres avions. Je fus tout de même tenté pendant un moment.

yankgalIIl


The Peacemaker B-17G 43-37552

Même groupe et même unité que Qualified Quail. Pas une pin'up mais peinture par ... Tony Starcer.

L'avion termina sa carrière en Angleterre mais pas forcement glorieusement.

L'oiseau de la paix sur un avion de bombardement !

J'aimais bien la contradiction, mais sincèrement, qui veut avoir un pigeon dans le dos ?

B-17G The Peacemaker

 

Ma recherche fût initialement basée uniquement sur les peintures sans savoir qui, quand et où.

La coïncidence que beaucoup de ma "short list" furent du même groupe et peints par le même artiste est la preuve du caractère prolifique de Tony Starcer. Merci à lui.

 

Quelques soit la sélection et le niveau de gloire de chaque avion, il faut bien se souvenir que ces avions ne sont qu'une dizaine parmi une multitude. Tous n'ont pas eu une belle pin'up pour les accompagner mais cela ne retirait rien à la prouesse et au courage.

Let your dreams take you high ... et à bientôt pour un nouvel article.

 

Pour rester informé des nouveaux articles inscrivez vous à la Newsletter (s'inscrire en bas de la colonne de droite de cette page).

Repost 0
Published by qualified-quail - dans HISTOIRE
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 10:00

QQ Small Chose promise, ...

Voici en quelques lignes l'histoire de la fameuse Qualified Quail qui orne le dos de mon blouson et que beaucoup d'entre vous connaissent.

J'ai eu beaucoup de questions la concernant voici donc son histoire.

Comme beaucoup de pilotes, passionné d'histoire de surcroit, j'ai rêvé d'avoir un jour mon blouson en cuir, comme ceux de ces mythiques pilotes de la Deuxième Guerre Mondiale.

Comme eux, je souhaitais avoir un blouson avec une belle Pin'up.

Sur le marché, j'ai trouvé beaucoup de fabricants qui distribuaient des blousons tout fait. Malheureusement, ou bien les blousons étaient de qualités médiocres, ou les pin'up étaient toutes les mêmes, vues 100 fois et avec un graphisme moyen. La solution devint vite évidente: il n'y avait que le fait main qui serait du niveau de mes attentes. Mais qui dit fait main dit patience ...

Mais pas de problème car avant de choisir la Pin'up qui me plairait, il allait falloir beaucoup de temps.

 

Mes critères étaient les suivants:

- la Pin'up sélectionnée devait impérativement avoir une histoire sur un avion de la Deuxième Guerre Mondiale ayant volé.

- l'avion devait avoir une histoire intéressante.

- la Pin'up devait être belle.

 

Au boulot !

 

Me voila embarqué dans une recherche tout azimut de ma collections de livres sur le sujet. J'ai écumé des centaines de photos d'avions. J'avais commencé par rechercher la Pin'up à mon gout. Cela donna une première short liste mais pas suffisante. Je poursuivis donc mes recherche sur internet, et là les possibilités furent multipliés de façons énorme. Mais à l'âme motivée point d'obstacle.

 

Me voilà enfin, après plusieurs mois, avec une dizaine de Pin'up qui me plaisaient.

Mais après leurs Press Book, qu'allaient donner leurs CV ?

Et me revoilà relancé dans des recherches sur l'histoire des avions porteurs.

 

Pour répondre à mes exigences, l'avion sélectionné devrait impérativement avoir une histoire de combats, d'émotions, de larmes et de gloire !!! Beaucoup demander non ?

Et bien oui, car rapidement, j'ai découverts beaucoup de drames et d'émotions mais pas forcément le reste des critères. 

quail Quand vint le tour de rechercher l'histoire de Qualified Quail j'ai très vite trouvé ses informations d'immatriculation:

- elle était sur un B-17 G Flying Fortress. J'adore !

- l'avion était immatriculé 42-97851 avec l'identification LL-K sur ses flancs.

- l'avion appartenait à la 401 Bomb Squadron, elle même unité de la célèbre 91 Bomber Group (Heavy) - Memphis Belle était dans la même unité. Un bon présage !

- cette unité appartenait à la célèbre 8ème Air Force.

http://www.8thafhs.org/bomber/91bg.htm

http://www.91stbombgroup.com/91st_tales/91tales.html

http://en.wikipedia.org/wiki/91st_Bombardment_Group 

1 91BG401BS

91st Bomber Group (H)     401st Bomb Squadron

Grace au site des anciens du 91ème groupe de bombardement j'ai appris beaucoup plus sur l'avion.

L'unité était basée à Bassingbourn en Angleterre d'octobre 1942 à juin 1945.

Bassingbourn-1944 Qualified Quail eu une carrière glorieuse avec 72 missions de combats, mais chose exceptionnelle, ce bombardier ramena à la maison l'ensemble de ses équipages. Il y eu parfois des blessés et certains très gravement même mais aucun ne fut tué lors d'une mission sur Qualified Quail. 

Y compris le 14 janvier 1945.

Ce jour là, l'unité était d'une mission sur Cologne. La cible était un pont suspendu proche du centre ville. Avec les 8 autres avions de l'unité Qualified Quail obtint des résultats jugés excellents. La protection anti-aérienne fut jugée modérée sur la cible, mais néanmoins très précise et plusieurs avions furent endommagés.

Qualified Quail fut de ceux là. Trop gravement atteint, il ne put retourner jusqu'en Angleterre et effectua un atterrissage d'urgence sur la base Aérienne Américaine Avancée de Denain-Prouvy proche de Valenciennes. Code A-83. Malgré quelques blessés tous purent rentrer.

Résultats glorieux et avion porté par la chance. 72 missions sans mort. Incroyable et rare.

Malheureusement, certains membres de ses équipages volèrent sur d'autres avions et n'eurent pas autant de chance.

Mais d'ou vint la belle Pin'up ?

Cette partie de l'histoire fut très intéressante à rechercher.

Je n'ai pas retrouvé le nom de l'équipage qui fit le choix. Par contre j'ai retrouvé qui fut l'artiste.

Il se nommait Tony Starcer.

http://www.usaaf-noseart.co.uk/starcer-tony.htm

Le Caporal Anthony Starcer était un simple mécanicien au sol, mais ses talents artistiques furent déjà reconnus lorsqu'il était encore aux Etats-Unis et qu'il termina une fresque murale sur sa base du Texas.

Une fois en Angleterre, il fut désigné comme peintre officiel de l'unité et la demande était forte.

Son talent fut tel que tous le réclamaient (Memphis Belle c'est aussi lui).

A la fin de la guerre il avait plus de 130 avions à son actif, mais aussi d'innombrables blousons et autres objets demandés par les équipages.

Il fut un des grands artistes de ce qui serait reconnus plus tard comme le Noseart, une des racines de la Pop Art avenir.

A ce stade de mes recherches je n'avais toujours pas de photo en couleur de l'avion. Je ne souhaitais pas réaliser un blouson avec des couleurs hypothétiques. Je voulais vraiment que le blouson soit le plus fidèle possible.

Sur la couverture de "Plane Names & Fancy Noses" de Ray Bowden il y avait une rare photo couleur mais pas assez précise pour m'aider. J'ai contacté Monsieur Bowden, mais il n'avait plus la photo à sa disposition et n'avait pas de scan haute définition.

http://www.usaaf-noseart.co.uk/usnpnf.htm

Retour à la case départ.

En contactant l'association de l'unité, un des anciens me suggéra de chercher ou Tony Starcer avait eu l'inspiration.

En effet, la demande était telle que Starcer n'avait parfois littéralement pas le temps de poser les pinceaux en passant d'un avion à un autre. Il n'avait pas toujours le temps ou l'inspiration pour être créatif. Pour s'aider il réalisa des peintures sur commandes ou en copiant des Pin'up de magazines ou de calendrier.

Souvenez-vous que nous étions dans l'époque la plus prolifique de cet art populaire avec des artiste tels que Gil Elvgren ou Alberto Vargas.

Un des autres grands noms et illustrateur régulier de calendrier, source d'inspiration connues de Starcer, était Earl MacPherson.

MacPherson était à l'origine d'un grand nombre de Pin'up et je cherchais sur cette piste.

http://www.thepinupfiles.com/macpherson.html

La chance me sourit.

Grâce au web, une fois de plus, j'ai découvert une photo du calendrier original ayant inspiré Tony Starcer.

Earl MacPherson en était bien le père et la belle qui m'intéressait ornait le mois de janvier 1944.

 

Sketch Pad Earl MacPherson La belle rousse avait retrouvé ses origines et le lien était à nouveau recréé.

C'est ainsi que Qualified Quail se retrouva sur mon blouson.

Pour moi elle symbolise une quantité incroyable de choses:

- avant tout le courage et l'abnégation d'une multitude d'hommes dans le ciel, sur les mers et sur la terre qui donnèrent leurs vies par conviction qu'ils défendaient la vrais notion du Bien.

- elle représente la chance et le porte bonheur que beaucoup de membres d'équipages avaient besoin d'avoir pour se jeter en toute conscience dans ces machines à broyer les hommes qu'étaient les missions de bombardements de jour sur l'Allemagne. On les comprend facilement.

- elle est le symbole de la seule féminité autorisée à beaucoup de ces hommes loin de leurs patries et souvent trop jeunes pour avoir eu la moindre relation amoureuse sérieuse.

- elle est un des début de tout un courant artistique qui s'imposerait comme incontournable après la guerre. Et qui nous touche encore aujourd'hui.

 Plus que tout cela, elle est la simple représentation de la toute puissance de la vie dans une période ou la mort semblait vouloir prendre le contrôle. Sur le nez de ces appareils ces Pin'up partaient mener des missions quasiment bibliques ou le manichéisme est exacerbé. Je vous invite à vous renseigner sur les nosearts les plus classiques des avions allemands de la même époque pour voir à quel point c'est juste. L'antagonisme dans la symbolique utilisée est saisissante. D'un coté vous aviez la vie, la joie et la féminité et de l'autre une symbolique profondément béliqueuse et martiale.

 QQ united

Original du calendrier avec sa cousine 72 ans après

 

Voilà un petit bout de l'histoire de ma Pin'up. 

Mais je ne vous ai pas raconté mon secret.

Qualified Quail m'a conquise par l'émotion qu'elle m'a donné. Par les sourires qu'elle m'a suscité. Par les larmes qu'elle a engendré. Son histoire est un condensé de vies avec ce qu'elles ont de plus fort. Elle n'est pas seulement une histoire. Elle est un espoir, un rêve, un avenir.

Je lui demande en toute humilité de soufler mes ailes.

Patrick


P.S.: pour ceux qui connaissent mon blouson et sur le logo de ce blog pour les autres, il y a une différence de taille entre l'original et la reproduction. En renaissant, Qualified Quail a décidé de se faire une couleur. Elle est maintenant brune comme une certaine femme proche de mon coeur.

P.P.S.: En tout, cette recherche passionnante s'est portée sur plus d'un an. Les contacts réalisés et le savoir acquis me sont toujours utiles. 

Repost 0
Published by Patrick MILWARD - dans HISTOIRE
commenter cet article

Présentation

  • : QUALIFIED QUAIL'S BLOG
  • QUALIFIED QUAIL'S BLOG
  • : Le ciel est, pour moi, une inspiration constante. La joie que je retrouve à chaque fois que je vole, que ce soit aux commandes ou non, me comble et me soulage. Dans le ciel je trouve parfois les solutions à mes problèmes, mais quasiment toujours le calme et la sérénité. Je souhaite simplement partager avec vous quelques fruits de mes réflexions.
  • Contact

La Librairie des Inconnus

http://www.lalibrairiedesinconnus.com

Recherche

Articles Récents

  • BONNE ET HEUREUSE ANNÉE / HAPPY NEW YEAR
  • QUALIFIED QUAIL Le Livre / the Book
    COUVERTURE FRANÇAISE ET ANGLAISE / ENGLISH AND FRENCH COVERS TO READ IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN _____________________________________________________ Cette année, le B-17 Qualified Quail est repartie en vol suis la forme d'un livre. Cette magnifique...
  • ELLE EST DE RETOUR !!! SHE HAS RETURNED !!!
    ENGLISH READERS PLEASE SCROLL DOWN Je suis heureux de vous annoncer la publication de : UN B-17 : QUALIFIED QUAIL Un seul devoir : Les ramener ! Le livre est maintenant disponible à la commande. Il est possible de le commander sur les grands sites de...
  • IL ARRIVE ! IT IS COMING !
    Voici les couverture ! L'ensemble arrive bientôt. A gauche la couverture de l'édition couverture rigide. A droite la couverture de l'édition couverture souple. Version française 216 pages avec de nombreuses photos et illustrations. Here are the covers...
  • PAS D'AILE SANS ELLES - 2
    Depuis ses origines, l'aviation se fait aussi au féminin. Les femmes ont jalonné son histoire avec gloire et dignité. Leurs noms sont inscrits en longue liste, et pourtant aujourd'hui elles sont loin de la parité dans le ciel. Les freins sont dans l'enfance,...
  • AMELIA - PREMIER VOL - FIRST FLIGHT
    TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN --------------------------------------------------------------------- Bonjour à tous, Mon prénom est Amelia et je souhaitais vous conter mes débuts aéronautiques. Mon père est un passionné depuis sa tendre...
  • LE SAUT - THE JUMP
    TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL TO THE BOTTOM ------------------------------------------------------------------------------------ Une expérience aéronautique de plus. Le parachutisme. De la façon dont je l’ai fait, on ne peut pas dire que...
  • UN FESTIVAL EN AVIATION / A FESTIVAL IN AVIATION
    G1 dans le ciel Vauclusien : G1 in the Vauclusien sky TO VIEW THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN ------------------------------------------------------------------------- Il y a un peu moins d’un an, dans cette tribune, je vous faisais part de...
  • SOLUTIONS EN AMONT - UPSTREAM SOLUTIONS
    TO READ THIS ARTICLE IN ENGLISH PLEASE SCROLL DOWN ----------------------------------------------------------------------------- Pas plus tard que la semaine dernière, je vous disais combien mon expérience de pilote était petite et mon envie de découvrir...
  • QU'ILS VOLENT !
    Avec plus de 310 heures d’avion et une dizaine d’heures d’ULM je suis toujours un bébé en terme d’expérience de pilotage. J’ai encore des milliers de choses à apprendre et de bonheurs à découvrir. En attendant, il y a une chose que je peux faire tout...